Questions posées du 23 au 29 avril 2012 sur notre page spéciale révisions PSE Facebook.

Questions

A. En cas de morsure de serpent, quelle est la conduite à tenir avant de demander un avis médical ?

  1. Aspirer le venin
  2. Réaliser un pansement compressif sur la morsure et immobiliser le membre
  3. Réaliser un garrot en amont de la morsure
  4. Uniquement allonger la victime et lui demander de bouger le moins possible
  5. Placer la zone atteinte dans de l’eau chaude car le venin est généralement détruit par la chaleur

B. En cas de piqûre d’insecte, qu’est-ce qui peut limiter la douleur et le gonflement ?

  1. Une application de froid
  2. Placer la zone atteinte dans de l’eau chaude car le venin est généralement détruit par la chaleur
  3. Un pansement serré
  4. Un peu de patience

C. Après une exposition prolongée à la chaleur, un jour de canicule, une victime présente les signes suivants : maux de tête, sueurs abondantes, crampes musculaires, nausées, température normale. D’après vous, elle est probablement victime

  1. d’un coup de soleil
  2. d’un coup de chaleur
  3. d’une insolation
  4. d’une hyperthermie
  5. d’un malaise sans gravité

D. Lequel des signes ci-dessous ne fait normalement PAS partie d’une hypothermie ?

  1. Des frissons ;
  2. Une peau pâle, froide et sèche ;
  3. Des troubles de la conscience (désorientation, confusion, agitation, inconscience) ;
  4. Une température comprise entre 35 et 37 degrés ;
  5. Un ralentissement de la respiration ;
  6. Un ralentissement du pouls qui devient très difficile à percevoir ;
  7. Dans le cas extrême, un arrêt cardio-respiratoire.

E. Un jour de grand froid, une victime se plaint d’une sensation de piqûres d’aiguilles aux extrémités des doigts. Que faites vous avant de demander un avis médical ?

  1. Vous lui dites de conserver ses gants
  2. Vous enlevez doucement ses bagues et vous placez ses mains au contact d’une zone chaude de sa peau (ex. sous ses aisselles)
  3. Vous frottez vigoureusement ses doigts pour les réchauffer

F. Quelles sont toutes les lésions qui doivent être recherchées sur une victime d’un accident électrique ? (question ouverte)

Réponses

A. Selon le référentiel (PSE2), la morsure de serpent est reconnaissable, localement, par une ou deux plaies punctiformes distantes de quelques millimètres. Il faut :
- Allonger la victime, lui demander de rester calme, la rassurer.
- Réaliser un pansement compressif sur la morsure pour limiter la diffusion du venin. Vérifier que le pansement n’interrompt pas totalement la circulation du membre, vous devez pouvoir glisser un doigt dessous.
- Immobiliser le membre atteint à l’aide d’une attelle (cf. partie sur les immobilisations).

La bonne réponse est donc la n°2.

B. En cas de piqûre d’insecte il faut :
- Retirer le dard qui a permis à l’insecte d’injecter le venin, s’il est présent, en utilisant une pince à écharde sans écraser la poche à venin.
- Limiter la douleur et le gonflement en appliquant du froid (glace).
- Demander à la victime de consulter un médecin si la douleur ou le gonflement persiste ou si la rougeur s’étend.

La bonne réponse est donc la n°1.

C. Coup de chaleur  : la victime présente, au début maux de tête ; sueurs importantes ; crampes musculaires ; fatigue intense ; nausées ; température normale ou peu élevée.
Rapidement une détresse circulatoire s’installe et la température de l’organisme s’élève.

Insolation  : la victime présente maux de tête ; aucune sueur ; peau sèche, rouge et très chaude ; troubles du comportement et/ou de la conscience ; température très élevée.

Il faut apprendre à distinguer entre les deux car la conduite à tenir n’est pas tout à fait identique.

La bonne réponse est la n°2.

D. L’hypothermie est caractérisée par une température corporelle inférieure à 35 °C. C’est donc le point 4 qui est hors sujet dans les propositions.

E. Les gelures débutent par une sensation de « piqûres d’aiguille », suivie d’un engourdissement et d’un durcissement des extrémités, avec pâleur locale, dont l’évolution se fera vers une peau brune, accompagnée d’une insensibilité. Lorsque la victime est au stade de la sensation de « piqûres d’aiguilles », pour empêcher l’aggravation des lésions :
- Ne pas frotter, ni masser les régions gelées ;
- Envelopper les zones atteintes dans des linges, ou les placer, lorsque cela est possible, au contact de la peau de la victime (mains sous les aisselles, etc....) pour les réchauffer.

La bonne réponse est donc la n°2.

F. Le passage du courant dans l’organisme peut entraîner :
- Une perte de conscience par atteinte du système nerveux central ;
- Un arrêt de la respiration par atteinte du système nerveux ou tétanisation des muscles respiratoires ;
- Un arrêt de la circulation suite à un arrêt respiratoire prolongé ou par survenue d’un fonctionnement anarchique du cœur (fibrillation ventriculaire), lors du passage du courant à travers le cœur ;
- Une brûlure souvent grave, par flash ou arc électrique lors d’un court-circuit ;
- Une brûlure électrique interne sur le trajet de passage du courant dont seuls sont visibles les points d’entrée et de sortie qui doivent être systématiquement recherchés ;
- Des traumatismes divers, en particulier de la colonne vertébrale, notamment cervicale, si la victime a été projetée.

Sur le Web : Notre page spéciale révisions PSE sur Facebook

Partager cet article
Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.