Le gouvernement français a jugé nécessaire de lancer un programme national de prévention du risque sismique, présenté le lundi 21 novembre par Nelly Olin, ministre de l’écologie et du développement durable.

Ce Plan Séisme s’échelonnera sur six ans et sera doté d’un budget de 33 millions d’euros (5 à 6 millions d’euros par an). Il a pour objectif, a précisé Mme Olin, de "réduire notre vulnérabilité vis-à-vis des séismes, en fédérant les compétences, les savoirs et les actions pour que nous soyons plus efficaces, et cela dans une logique du développement durable".

Les actions des pouvoirs publics s’appuieront sur la carte des aléas sismiques réalisée par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), qui a pris en compte les séismes historiques sur une période de 475 ans. A partir de ces données, la carte de zonage sismique, qui datait de 1991, sera réactualisée.

A l’avenir, les contrôles en matière de construction parasismique seront plus rigoureux car, a expliqué Mme Olin, "de nombreux rapports d’inspection font état de graves négligences dans ce domaine. Certains bâtiments, dans la région de Colmar, ont même dû être démolis sur décision de justice".

Enfin, le Plan Séisme comporte un volet tsunami. Ce n’est pas le risque majeur qui menace les Français, mais il peut se produire aux Antilles et en Méditerranée. Le dispositif prévoit d’évaluer scientifiquement le risque de tsunami, de sensibiliser et d’éduquer les populations et de mettre en place des systèmes techniques pour les alerter.

Sur le Web Plan Séisme sur le site du ministère de l’écologie et du développement

Partager cette brève
Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.