Le système SINUS permet le suivi des victimes dans le cadre du plan ORSEC. Développé par la préfecture de police de Paris où il est opérationnel depuis 2009, ce dispositif, qui sera prochainement déployé au niveau national, permet l’identification, le dénombrement et le suivi des victimes.

Mis en œuvre depuis octobre 2009 à Paris et dans les trois départements de la petite couronne, le dispositif Sinus (Système d’information numérique standardisé) fiabilise la remontée et le traitement des informations indispensables au suivi des victimes.

Il permet d’établir rapidement un bilan chiffré proche de la réalité et de classer ces données par spécificité : tranches d’âges, sexe, nationalité, domicile, lieu d’hospitalisation, etc.

Conçu au départ pour des événements graves accompagnés de nombreuses victimes, Sinus est aussi utilisé lors d’incendies et d’intoxications oxycarbonées de moindre ampleur afin de maîtriser son usage. Dès la première année, il a été activé plus de 40 fois pour une prise en charge totale de plus de 600 victimes [1].

JPEG - 71 ko
Scanné, le code-barre transfère à l’écran toutes les informations sur la victime
Photo Liaisons n°99 octobre 2010

Dès sa prise en charge, chaque victime est dotée :
- d’un identifiant matérialisé par un bracelet à code-barre muni de stickers supplémentaires permettant l’identification de documents ou d’effets liés à la victime [2]. Il résiste à la chaleur et aux produits décontaminants.
- d’une fiche médicale de l’avant (FMA) : associée au numéro d’identifiant Sinus, contenant des données personnelles et d’ordre médical, elle est mise en place uniquement sur des victimes lors de la prise en charge préhospitalière au sein du poste médical avancé.

JPEG - 229.5 ko
Exemple de fiche médicale de l’avant avec identifiant SINUS
Source : document ORSEC NOVI de la préfecture des Yvelines, décembre 2012

Composantes

Le système SINUS comprend :
- un module de saisie sur le terrain dit « ARCSINUS » (application de recueil et de coordination du SINUS) : ordinateur portable et douchette de lecture des codes-barres permettant de saisir et de transférer les données initiales. L’émission et la réception des données sont assurées par clé 3G ou clé USB ;
- une base de données : l’ensemble des informations concernant les victimes y est transféré en temps réel. Elle est installée sur un site web sécurisé implanté au centre de traitement de l’information du ministère de l’Intérieur à Lognes. Seuls les personnels autorisés y ont accès ;
- une application dédiée à la cellule d’information du public en préfecture : le CIP (centre d’information du public), qui permet de renseigner les proches. Les informations de la base de données SINUS ne sont toutefois disponibles dans le CIP qu’après validation par un OPJ. En effet, l’information du public sur les victimes ne peut se faire
qu’après accord du Parquet.

Les personnes autorisées par arrêté à accéder aux données, en 2015 sont :
- les pompiers de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) et des SDIS d’Ile-de-France ;
- le personnel des SAMU des départements d’Ile-de-France ;
- le personnel des établissements de soins d’Ile-de-France ;
- le personnel de l’agence régionale de santé d’Ile-de-France ;
- les officiers et agents de police judiciaire de la police nationale et de la gendarmerie nationale ;
- les associations agréées de sécurité civile d’Ile-de-France dans le cadre strict des dispositifs prévisionnels de secours ou du CAI des dispositifs NOVI pour les seules fiches les concernant ;
- le personnel des préfectures de la zone de défense et de sécurité de Paris ;
- les magistrats du parquet et de l’instruction.

Les données sont conservées un mois après la dernière mise à jour du dossier [3].

Exercices

Le système est régulièrement mis à l’épreuve lors d’exercices. Ainsi le 16 mai 2012, SINUS a été utilisé lors de l’exercice Manchex par la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord, qui simulait un incendie sur un bateau à passagers au large de Dunkerque [4].

JPEG - 136.1 ko
Exercice Manchex 2012
Photo préfecture

Le 28 février 2013, la préfecture de police de Paris a construit un scénario de crise simulant un incendie dans un hôtel occasionnant une centaine de victimes. Cette simulation a mobilisé, outre les services de l’État, les associations de sécurité civile (Croix-Rouge française et Protection civile) [5].

En province, les départements se préparent également à l’outil, à l’aide d’exercices. Ainsi le Loiret [6], les Vosges [7] ou l’Aude [8] ont organisé des exercices utilisant des bracelets SINUS en 2015, en vue de son adoption par les services localement.

Utilisation lors de grands rassemblements

Le système SINUS peut également être mis en œuvre dans le cadre de rassemblements de foule ou de dispositifs prévisionnels de secours de grande envergure (DPS GE). Dans ce cas, il est utilisé conjointement avec une fiche médicale événementielle (FME), plutôt qu’avec une FMA.

Ce type de fiche est utilisé depuis 2012. Pour toute personne prise en charge sur le DPS, il est mis en place de façon systématique un bracelet SINUS et une FME. Elle permet de catégoriser les victimes tout en renseignant leur état civil et la synthèse du bilan médical [9].

Le bilan est transmis suivant la gravité selon la procédure suivante :
- Contact Secouriste (CS) : le bilan est fait au poste associatif médicalisé (PAM) ;
- Contact Médical (CM) : le bilan est fait au médecin du PAM ;
- CM urgent / CM nécessitant un transfert ou un renfort par un SMUR : le bilan est fait directement au médecin régulateur du SAMU.

JPEG - 449.2 ko
Fiche médicale événementielle (FME)

Le dispositif SINUS a été utilisé dans la zone nord pour des grands rassemblements par le SDIS 59. Il a aussi été utilisé par le SDIS 62 à l’occasion de l’Enduropale du Touquet début 2016 [10]. Il sera vraisemblablement utilisé également sur les dispositifs liés à l’Euro 2016.

Notes

[1Liaisons, le magazine de la préfecture de Police, n°99, octobre 2010, p.35

[2De tels bracelets à code barre avaient déjà été testés en Alsace à partir de 2002. Lire à ce sujet l’interview d’un médecin du SAMU 68

[4Dossier de presse, exercice Manchex 2012

[5PPrama n°258, 6 mars 2013, p. 50

[6France 3, Exercice de sécurité civile à Beaugency (Loiret) (article et vidéo) 20/05/2015

[9Thèse de Maud Michaloux, 25 septembre 2013 : analyse de l’activité du SAMU sur les grandes manifestations parisiennes

Partager cet article
Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

SINUS, pour le suivi en temps réel des victimes de catastrophes et des grands événements

31 octobre 2016 par Fabien

Bonjour,
Je reactive le sujet pour aborder la connection entre sinus et sivic. S’avez vous si les informations saisies dans sinus sont retrouvable au niveau des structures hospitalières (sivic) ?
Merci d’avance

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Format de fichier import

25 février 2016 par ep

Bonjour,
Je suis à la recherche de la structure du fichier pour l’import des données.
Avez vous cet info SVP.
merci.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Format de fichier import

25 février 2016 par ep

cette info

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

SINUS, pour le suivi en temps réel des victimes de catastrophes

6 novembre 2014 par infirmiere au samu/ smur de l "aube

Ayant pu tester ce dispositif lors d" une récente manoeuvre dans le département de l"aube le 4 novembre 2014, et n"étant avec aucun de mes collègues infirmiers au courant de son existence, je remercie le médecin de la BSPP de m ’avoir donné tous les renseignements nécessaires pour une utilisation correcte, et je trouve ce systeme d identification excellent et plus efficace , source de moins d"erreur. En esperant que cette expérience se renouvelle et que l ’on puisse comme prévu devenir un centre pilote, tous nos remerciements à la BSPP de paris .

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

SINUS, pour le suivi en temps réel des victimes de catastrophes

22 juin 2013

Super article !

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

SINUS, pour le suivi en temps réel des victimes de catastrophes

11 mars 2013

Quel dommage d’utiliser des réseaux de télécommunications publics qui n’assure aucune garantie de fonctionnement en cas de catastrophe

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

SINUS, pour le suivi en temps réel des victimes de catastrophes

14 mars 2013 par Webmaster

Au contraire, les réseaux IP (nécessairement publics) sont par construction extrêmement robustes aux catastrophes (voire invulnérables, selon certaines croyances sujettes à controverse, cf. l’histoire d’ARPANET, l’ancêtre d’Internet). Dans le système SINUS, les données transmises par liaison type 3G peuvent, dans en cas de non fonctionnement du réseau mobile, être stockées sur une clé USB et être déchargées sur n’importe quel terminal relié au réseau filaire. Mais même les réseaux mobiles sont relativement robustes ; ils tiennent bien 24 à 48 h sur batterie en cas de coupure électrique, selon ce que j’ai pu constater lors de la tempête de 1999. On voit d’ailleurs le rôle important que jouent les médias sociaux en situation d’urgence.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.