Les défibrillateurs automatiques permettent de sauver des vies en délivrant un choc électrique à travers le thorax des victimes en arrêt ventilatoire. Ils s’assurent avant cela que c’est utile et nécessaire, en analysant le signal de l’activité du muscle cardiaque, détecté à l’aide des électrodes posées par le sauveteur.

Pour cela les défibrillateurs recourent à un algorithme d’analyse du rythme cardiaque afin de différencier les rythmes choquables ou non et de guider les secouristes dans la conduite à tenir. Ces algorithmes doivent pouvoir détecter sans se tromper les rythmes choquables (sensibilité) et les rythmes non choquables (spécificité). Ils peuvent être trompés par des parasites liés à la compression thoracique ou bien au véhicule de secours en mouvement sur la route.

Pour s’assurer que les défibrillateurs ne se trompent jamais, ou presque, des chercheurs se sont penchés sur deux types de défibrillateurs, qui sont identifiés par convention « A » et « B ». Pour cela ils ont rétrospectivement relu à l’aide d’un logiciel, 2938 analyses de rythme faites par des défibrillateurs chez 240 patients consécutifs en arrêt cardiaque entre janvier 2011 et mars 2015.

Au regard des recommandations internationales, la sensibilité et la spécificité des deux défibrillateurs se sont révélées acceptables. Toutefois, cette étude a démontré des différences notables.

Parmi les 194 rythmes choquables, 17 (8, 8 %) n’ont pas été reconnus par le DEA A, alors que les DEA B avaient reconnu 100 % des rythmes choquables.

Parmi 1 039 rythmes non choquables, le DEA A avait recommandé le choc chez 11 patients (1,0 %), alors que le DEA B l’avait recommandé chez 63 (4,1 %) des 1 523 épisodes.

Il existe donc des différences significatives de sensibilité et de spécificité entre les types de défibrillateurs, ce qui devrait inciter les fabricants à améliorer les algorithmes afin de réduire ces différences.

Sources :
- Sensitivity and specificity of two different automated external defibrillators.
- JIM.fr 03/10/2017 — des différences choquantes entre les défibrillateurs externes automatiques

Partager cette brève
Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Attention à la formulation !

5 octobre 2017 par Cyril R.

Attention, la formulation de la première phrase n’est pas bonne : "un choc électrique à travers le thorax des victimes en arrêt ventilatoire". La personne est en arrêt CARDIO-ventilatoire (ou respiratoire) pour que le défibrillateur soit utile, ce dernier n’agit pas sur la ventilation.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Attention à la formulation !

5 octobre 2017 par Frédéric Séguret

Yep, mais selon les recommandations en vigueur pour le grand public, une victime est considérée comme étant en arrêt cardiaque lorsqu’elle ne répond pas, ne réagit pas, et ne respire pas. Donc on met le défibrillateur sur des arrêts ventilatoires, la détection du rythme sinusal est à la charge de la machine.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Attention à la formulation !

8 octobre 2017 par DE NADAI franck

Exactement !

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.