C’est à l’occasion de son congrès annuel que de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France a publié un manifeste intitulé « Sauver le secours à personnes ». Par ce document, la Fédération propose plusieurs modifications des pratiques qui amèneraient à changer radicalement l’organisation des secours telle qu’elle est pratiquée actuellement. Les propositions vont dans le sens d’une autonomie des sapeurs-pompiers dans leurs interventions, avec le développement du SSSM. Ils ne feraient appel au SAMU qu’en dernier recours. Rappelons qu’aujourd’hui c’est tout le contraire, puisque c’est le SAMU qui régule la totalité du secours à personnes, et qui fait appel aux sapeurs-pompiers comme moyen de réponse parmi d’autres.

Cette initiative n’a pas manqué de provoquer la réaction des urgentistes hospitaliers, en particulier du syndicat national de l’aide médicale urgente, Samu de France. Il rappelle la plus-value apportée par le SAMU - centre 15 dans la prise en charge des urgences, qui est utilisée comme modèle dans de nombreux pays.

M. Sarkozy, qui s’est invité, selon ses propres termes, au congrès national des sapeurs-pompiers, a prononcé un discours qui se voulait aussi consensuel que possible. Manœuvre plutôt réussie puisque les deux parties l’ont repris à leur compte. Reconnaissant des difficultés de coordination entre les administrations de l’intérieur et de la santé, il a appelé à l’expérimentation d’une nouvelle organisation dans quelques départements, donnant une plus grande responsabilité aux pompiers dans le déclenchement des secours, mais sans remettre en cause la régulation par le SAMU - centre 15.

Partager cette brève
Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.