Selon un récent rapport d’Eurostat, le bureau des statistiques de l’Union européenne, deux tiers des décès qui surviennent avant 75 ans sont évitables (68 %). Il est à noter que la France est le pays qui compte le moins de décès évitables (60,6 %) toutes causes confondues.

Pour 15 %, ils ont pour origine une crise cardiaque, ce qui fait de ce fléau la première cause de décès évitables, causant 174 000 décès en Europe.

Ces décès pourraient être évités grâce à des interventions efficaces en matière de santé publique et de prévention primaire (c’est-à-dire avant le début de l’apparition de maladies ou de blessures, afin de réduire l’incidence), ou traités grâce à des interventions en temps utile et efficaces en matière de soins de santé, y compris la prévention et le traitement secondaires (c’est-à-dire après le début des maladies), afin de réduire les cas de létalité.

Généraliser l’apprentissage des gestes qui sauvent

Pour ce qui concerne plus particulièrement les arrêts cardiaques, les statistiques montrent que les morts sont principalement dues à une prise en charge défaillante, plutôt qu’à une mauvaise prévention, surtout chez les hommes. En France, la médecine cardiaque étant très avancée, on peut en déduire que le seul moyen de progresser significativement sur cette statistique et d’éviter davantage de morts inutiles semble être de généraliser la formation aux gestes qui sauvent de manière massive dans toutes les couches de la population. Ainsi le premier maillon de la chaîne de survie jouera son rôle en sachant alerter les secours d’urgence, et en pratiquant une réanimation cardiopulmonaire et une défibrillation chaque fois que nécessaire.

Sur le Web Rapport Eurostat (en anglais)

Partager cette brève
Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.