Une étude suédoise récente, publiée le 12 décembre dans le British Medical Journal [1], a de quoi vous inciter à revoir vos gestes qui sauvent un peu avant d’aller passer vos vacances de Noël en famille.

Les chercheurs ont en effet observé un risque d’infarctus du myocarde plus élevé le jour du réveillon (37 % supérieur à celui observé pendant la période de référence). Les infarctus du myocarde à la veille de Noël ont atteint leur maximum vers 22 heures. Il n’y a pas d’explication évidente à cette épidémie d’arrêts cardiaques au pied du sapin. On sait toutefois que l’irritation, l’anxiété, la tristesse, le chagrin et le stress augmentent le risque d’infarctus du myocarde. Cela peut expliquer le risque plus élevé observé dans cette étude, pour ceux et celles pour qui l’expression « fête de Noël » est une antiphrase.

photo dynamosquito CC BY-SA 2.0

Ces résultats mériteraient d’être approfondis pour identifier les mécanismes à la base de ce phénomène. Comprendre quels facteurs, activités et émotions précèdent ces infarctus du myocarde et en quoi ils diffèrent des infarctus du myocarde des jours précédents pourrait aider à élaborer une stratégie pour gérer et réduire le nombre de ces événements.

Les chercheurs ont aussi observé un risque d’infarctus du myocarde plus élevé de 20% le jour du Nouvel An. Cela peut être dû aux effets de la consommation excessive d’alcool et de nourriture, à l’exposition au froid nocturne, ou au manque de sommeil la veille du Nouvel An.

Par ailleurs, les chercheurs ont recherché dans les données médicales récoltées sur l’infarctus du myocarde en Suède s’il y a des moments plus propices à leur survenue, au cours d’une journée, d’une semaine ou d’une année. L’incidence de l’infarctus du myocarde a atteint un sommet au cours de la semaine calendaire 52. Au cours d’une semaine donnée, il y a plus d’infarctus les lundis ; au cours d’une journée donnée il a plus de chances de se produire le matin, vers 8 heures.

Secourisme.net vous souhaite (tout de même) un très joyeux Noël...

Notes

[1Christmas, national holidays, sport events, and time factors as triggers of acute myocardial infarction : SWEDEHEART observational study 1998-2013 BMJ 2018 ; 363

Partager cette brève
Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.