Du 11 au 13 mai 2005 s’est tenue, dans le cadre de la Présidence luxembourgeoise du Conseil de l’Union européenne, la 14e réunion des directeurs généraux de protection civile à Mondorf-les-Bains (Luxembourg).

La réunion, sous présidence de Madame Catherine Day, directrice générale de la DG Environnement à la Commission européenne, ainsi que du Dr Michel Feider, directeur de l’Administration des services de secours luxembourgeois, portait essentiellement sur la collaboration des différents services de protection civile européens lors de catastrophes majeures à l’intérieur ou à l’extérieur de l’Union européenne.

Lors de sa réunion extraordinaire du 7 janvier 2005, le Conseil "Affaires générales et relations extérieures" avait décidé d’examiner les possibilités de perfectionner le mécanisme communautaire de protection civile, notamment ses instruments d’analyse, et de doter l’Union européenne d’une force d’intervention rapide en cas de catastrophe. En outre, le plan d’action de l’Union européenne, adopté le 31 janvier 2005 à la suite du tsunami dans l’océan Indien, expose plusieurs grands domaines d’action ayant directement trait à la protection civile.

Les demandes du Conseil rejoignaient l’appel du Parlement européen en faveur de la "création d’un groupe d’unités civiles spécialisées de protection civile, dotées du matériel adapté, qui suivraient une formation commune et seraient disponibles en cas de catastrophe naturelle, environnementale ou humanitaire, ainsi que pour faire face aux risques industriels, dans l’Union européenne ou dans le reste du monde".

La réunion aura permis d’avoir un échange fructueux et intéressant sur les différentes propositions de la Commission européenne portant sur l’amélioration du mécanisme d’assistance existant en matière de protection civile entre les différents pays.

Les propositions d’amélioration du système d’assistance touchent des domaines aussi variés que l’amélioration de la préparation des équipes d’intervention en matière de formation et d’exercices, l’affinement de l’analyse des besoins suite à une catastrophe ainsi que le renforcement de la coordination au sein des services de protection civile, mais également avec les partenaires de l’aide humanitaire ainsi que d’autres institutions internationales, l’amélioration de l’assistance en faveur des ressortissants de l’Union européenne ainsi que des mesures à plus long terme pour développer les moyens de protection civile de l’Union européenne.

Des discussions ont également été menées sur l’approche de l’évaluation des risques existants au sein d’un pays, les capacités de protection civile pour faire face aux conséquences d’attentats terroristes ainsi que les structures de gestion de crises au sein de l’Union européenne.

La réunion aura finalement permis d’avoir un retour d’expérience sur l’intervention impressionnante de la protection civile italienne à l’occasion des funérailles du pape Jean-Paul II à Rome.

Partager cette brève
Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.