La mise à disposition de défibrillateurs dans les lieux de pratique du sport amateur sauve beaucoup de vies. C’est la conclusion encourageante d’une étude révélée le 27 août dernier lors du congrès de la société européenne de cardiologie par des médecins Italiens.

L’étude entre dans le cadre du Progetto Vita (« projet vie »), un programme national destiné à diffuser la défibrillation et les gestes qui sauvent en Italie. Les centres sportifs amateurs de la région de Plaisance ont été encouragés à s’équiper de défibrillateurs grâce à une subvention. Chaque défibrillateur a un coût de 2000 €, y compris la formation, les électrodes et la maintenance pendant 8 ans.

Pendant 18 ans, les données relatives aux arrêts cardiaques survenus dans les salles de sport de cette région ont été analysées. Cela a permis de comparer les taux de survie en fonction de l’équipement ou non en défibrillateur.

Les résultats sont éloquents. Pendant la période d’étude, 26 arrêts cardiaques ont été observés :

- 15 arrêts cardiaques sont survenus dans les centres équipés d’un défibrillateur. 14 victimes ont survécu sans séquelles neurologiques, soit 93 %.
- 11 arrêts cardiaques ont eu lieu dans des lieux non équipés de défibrillateur. Une seule victime a survécu sans séquelles soit 9 %.

Ce n’est pas un hasard. La présence d’un défibrillateur en libre accès a permis de réduire le temps avant le premier choc de 4 minutes en moyenne. Or la survie à un arrêt cardiaque dépend de la mise en œuvre précoce de la défibrillation [1]. La probabilité de survie est supérieure si un témoin met en œuvre le défibrillateur sans attendre l’équipe médicale.

Les chercheurs concluent que le défibrillateur un excellent moyen de prévenir la mort et les séquelles neurologiques résultant d’un malaise cardiaque à l’effort. Ils recommandent de continuer à investir dans ce moyen de secours dans les lieux de pratique sportive amateur et les salles de sport.

Source. Impact of automated external defibrillator background in amateur sportive centres : 18 years experience, D. Penela et al. 2017, European Heart Journal (2017) 38 (Supplement), 528. Communiqué de presse

Crédit photo : Progetto Vita.

Notes

[1Dans les formations aux premiers secours il est d’usage d’affirmer que chaque minute perdue avant la mise en œuvre du défibrillateur est associée à une perte de chance de survie de 10 %.

Partager cette brève
Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.