On sait déjà que la prise en charge des victimes d’un arrêt cardiaque par un témoin pratiquant une RCP et une défibrillation précoce permet d’améliorer considérablement les chances de survie immédiate. Mais jusqu’ici les effets de cette prise en charge précoce sur les conditions de survie à long terme n’ont pas été étudiés. Une étude danoise [1] semble démontrer que ces effets sont favorables [2].

Les chercheurs ont utilisé les données du registre national des ACR au Danemark et se sont penchés sur le devenir des patients ayant survécu au-delà de 30 jours après un arrêt cardiaque extra-hospitalier. Ils ont pris en compte le nombre de ces patients ayant conservé des lésions cérébrales dues à l’anoxie, le nombre de ceux ayant dû avoir recours à des soins de convalescence, ainsi que les décès toutes causes confondues à un an de l’ACR. Ils ont fait le lien entre ces données et le fait que le patient ait reçu ou non une RCP par un témoin au moment de son arrêt cardiaque ainsi qu’une défibrillation. Ils ont également étudié la relation entre l’évolution dans le temps de la prise en charge des ACR par des témoins et celle du devenir des patients concernés.

Une amélioration de la prise en charge précoce des patients par le témoin s’accompagne d’un meilleur pronostic à long terme des survivants à un ACR

Sur la période d’étude, allant de 2001 à 2012, parmi les 2084 patients qui n’ont pas reçu l’assistance immédiate d’un service d’aide médicale urgente, la proportion de RCP entreprise par des témoins a augmenté de 66,7 % à 80,6 %. Les défibrillations précoces par le témoin sont passées de 2,1 % à 16,8 % [3].

En même temps, le taux de survie à 30 jours est passé de 3,9 % à 12,4 %. Cela montre qu’une augmentation de la prise en charge précoce améliore la survie à 30 jours. Mais pas seulement : sur la même période, la proportion de dommages cérébraux ou de besoin de soins de convalescence a diminué de 10,0 à 7,6 %, et la mortalité toutes causes à un an de 18 à 7,9 %.

La défibrillation améliore encore davantage le pronostic à long terme

La RCP réalisée par un témoin a été associée avec un risque de lésion cérébrale ou de besoin de soins de convalescence significativement inférieur à celui résultant de l’absence de RCP, de même qu’un risque plus faible de décès toutes causes confondues dans l’année suivant l’ACR. Ces risques sont encore plus faibles lorsque la victime a pu recevoir une défibrillation précoce.

Perspectives pour la France

Ces chiffres confirment que la diffusion des gestes qui sauvent dans la population et l’installation de défibrillateurs en libre accès ont un impact très favorable sur la survie à long terme des victimes d’arrêt cardiaque. En France en 2017 seule une victime d’ACR sur deux bénéficie d’une RCP par le témoin présent sur place, comme au début de la période d’étude danoise 15 ans plus tôt. Si nous poursuivons et amplifions nos efforts de diffusion des gestes qui sauvent dans la population pour arriver à un taux de 80 % comme au Danemark en 2012, et d’installation de défibrillateurs en libre accès, nous voyons que le taux de survie à 30 jours pourrait être multiplié par 4. Un énorme progrès de santé publique qui vaut d’y consacrer les moyens nécessaires.

Notes

[1Kristian Kragholm et al. Bystander Efforts and 1-Year Outcomes in Out-of-Hospital Cardiac Arrest N Engl J Med 2017 ; 376:1737-1747, 4 mai 2017

[2Les conditions sont différentes en France où la population est nettement moins formée. En 2000, 64 % des Danois se disaient formés aux gestes qui sauvent contre 32 % en France (source étude SOFRES pour la Croix-Rouge).

[3Chiffres très supérieurs à ceux obtenus en France selon le registre ReAC, entre 2011 et 2017, 53 % des patients ont bénéficié d’une RCP par le témoin présent sur les lieux et 3 % ont bénéficié d’une défibrillation.

Partager cette brève
Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

La RCP et la défibrillation améliorent aussi le pronostic à long terme des victimes d’un arrêt cardiaque

27 mai 2017 par delamarre

formidable on a une étude de 2017 venant d’angleterre et un sondage francais datant de 17 ans
on peut donc comparer
merveilleux ; sublime
en france le grand public n’a pas accès aux statistiques mais pour secourisme.net on doir pouvoir trouver quelque chose de mieux

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.