Pas facile de déterminer le meilleur emplacement pour placer un défibrillateur afin qu’il soit le plus efficace possible. La ville de Paris a décidé d’en installer près des pharmacies [1]. D’une manière plus générale, les recommandations pour la mise à disposition de défibrillateurs en libre accès visent en priorité les lieux publics ayant une forte densité de population, comme les aéroports, les gares ferroviaires et routières, les enceintes sportives, les centres commerciaux, les bureaux et les casinos [2].

Placer un défibrillateur en milieu urbain en libre accès peut poser des problèmes de sûreté : on prend le risque que le matériel soit dégradé ou volé, malgré les fortes peines encourues [3]. Une alternative est de le placer dans un établissement commercial, sous la surveillance des employés. Dans ce cas, il sera préservé des incivilités, mais ne sera disponible qu’aux heures d’ouverture. Ceci dit, ce n’est pas vraiment un inconvénient si les arrêts cardiaques surviennent principalement à ces horaires, ce qui est relativement probable dans les centres-villes commerçants qui sont fréquentés au moment où les boutiques sont ouvertes.

centre-ville (APT,FR84)

À Toronto les chercheurs ont identifié quels étaient les établissements commerciaux ouverts à moins de 100 m de chaque arrêt cardiaque survenu dans la ville et le centre-ville, sur une période de 9 ans. Ils se sont focalisés uniquement sur les marques représentant des chaînes ayant au moins 20 établissements dans la ville, ou des banques ayant au moins 20 guichets. Ils ont ensuite recherché dans laquelle de ces marques il aurait été le plus utile de disposer de manière systématique d’un défibrillateur afin que les témoins puissent aller le chercher au moment où survenait un arrêt cardiaque dans un rayon de 100 m.

La chaîne de restaurants Tim Hortons s’est classée première, couvrant à elle seule 286 arrêts cardiaques sur un total de 2654. Les cafés Starbucks sont arrivés seconds avec 110 arrêts cardiaques à proximité. D’une manière générale les cafés et les grandes enseignes bancaires occupaient 8 des 10 premières places du classement. Les chercheurs ont pu vérifier que ce classement est relativement stable dans le temps.

Quelle leçon en tirer ? Les commerçants et les banquiers peuvent avoir un rôle à jouer dans la prévention de la mortalité par arrêt cardiaque... particulièrement lorsqu’ils sont présents dans les zones de chalandise fortement fréquentées. Un dispositif d’incitation visant les grandes marques pourrait être envisagé pour encourager les responsables de ces établissements à s’équiper de manière systématique.

Un jour peut-être, il ne sera pas incongru d’aller chercher le défibrillateur au guichet de la banque ou du fast-food le plus proche.

Sur le Web Source

Partager cette brève
Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.