Le numéro 116 117 a été attribué par décret [1] à la permanence des soins ambulatoires.

La permanence des quoi ?!

A moins d’être un professionnel de santé, vous n’avez sans doute jamais entendu parler de la permanence des soins ambulatoires, en abrégé PDSA, ni de médecin effecteur. On reconnaît bien là cette inexplicable, mais néanmoins constante préoccupation de l’administration pour inventer des terminologies aussi hermétiques que possible de sorte qu’aucun non-initié n’identifie derrière ces mots abscons le concept tout simple qu’il cache, qui n’est autre que le médecin de garde.

La PDSA, puisque c’est donc ainsi qu’il faut l’appeler, est planifiée par l’agence régionale de santé (ARS), et organise le tour des médecins de garde. Elle est activée la nuit, les week-ends à partir du samedi après-midi, ainsi que les jours fériés et les jours de pont. Elle fait appel à un médecin régulateur, qui n’est pas comme le médecin régulateur du SAMU un médecin urgentiste, mais plutôt un médecin généraliste.

Ce médecin a la délicate mission de répondre aux besoins de soins urgents, mais non vitaux, qui ne justifient pas un accueil aux urgences, mais nécessitent tout de même une consultation médicale. Il peut demander au médecin de garde (pardon, au médecin effecteur) de réaliser une visite à domicile, orienter le patient vers une maison médicale de garde, lui envoyer une ambulance ou lui fournir un simple conseil. Evidemment s’il décèle une urgence vitale le médecin régulateur de la PDSA transfère l’appel à son collègue médecin régulateur du SAMU.

Comment joindre le médecin de garde ?

La plupart des ARS ont décidé que le médecin régulateur de la PDSA serait joignable via le 15. Dans ce cas la permanencière ou le permanencier passe l’appel soit au médecin régulateur du SAMU soit à celui de la PDSA. Mais dans certains départements, la PDSA possède son propre numéro de téléphone à 4 ou 10 chiffres. Pour compliquer le tout, certains organismes qui participent localement à la PDSA possèdent leur propre numéro. Par exemple SOS médecins [2] est joignable au 36 24, et c’est un numéro surtaxé (0,15 €/min).

A brève échéance, selon le département, l’appel à la PDSA pourra se faire soit :
- par le 15 ou le 116 117
- par le 116 117 uniquement.

Dans les deux cas, les organismes qui comme SOS médecin participent localement à la PDSA pourront continuer sous certaines conditions à utiliser leur propre numéro.

JPEG - 20.8 ko
idée de logo
inspiré de http://www.ars.bourgogne-franche-co...

Pourquoi ne pas tout regrouper sur le 15 comme cela semble déjà fonctionner ?

Le ministère chargé de la santé pense que le 15 est identifié par la population comme le numéro des urgences vitales. La population hésiterait à appeler le SAMU en dehors des cas qui lui semblent graves, ce qui serait source de moindres chances de survie pour les patients. La région Midi-Pyrénées aurait constaté, à la suite de la mise en place du numéro spécifique de la PDSA, un recours plus facile de la population qui se sent plus légitime à appeler ce numéro plutôt que celui des urgences [3].

Pourquoi spécialement le 116 117 ?

L’utilisation des numéros commençant par 116 est réservée dans toute l’Europe à divers services d’assistance aux personnes : 116 123 (soutien psychologique), 116 111 (SOS enfants)... La France avait déjà mis en place le 116 000 destiné à signaler les enfants disparus (fugues, enlèvements, disparitions inquiétantes...)

Ainsi le 116 117 est un de ces numéros spéciaux que la Commission européenne souhaite voir déployé sur tout le continent. La France n’est pas le premier pays à mettre en place le 116 117. Il a été introduit en Allemagne en 2012.

Le douzième numéro d’urgence

Le 116 117 s’ajoute à la déjà longue liste des numéros d’urgence que les opérateurs de téléphonie doivent acheminer gratuitement. La France est officiellement dotée de 12 numéros d’urgence, un record absolu en Europe.

Voici la nouvelle liste complète :
- 15 : sauvegarde des vies humaines - SAMU
- 17 : intervention de police - Police Secours
- 18 : lutte contre l’incendie et sauvegarde des vies humaines - Pompiers
- 112 : numéro d’urgence européen
- 114 : numéro d’urgence pour les personnes déficientes auditives
- 115 : SAMU social
- 119 : enfance maltraitée
- 191 : urgences aéronautiques
- 196 : urgences maritimes
- 197 : alertes attentats et alertes enlèvements
- 116 000 : enfants disparus
- 116 117 : médecin de garde

Cette situation devient problématique : comment se souvenir de tous ces numéros d’urgence ? Il semble que le gouvernement lui-même a oublié qu’il avait créé le 197 [4], qu’il n’a jamais activé, alors qu’hélas ce ne sont pas les occasions qui ont manqué depuis. Rappelons que certains voisins se débrouillent très bien avec un numéro unique, le 112 [5].

Partager cette brève
Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.