Le 12 juillet 2013 vers 17 h 15, un train reliant Paris à Limoges déraillait en gare de Brétigny-sur-Orge (91). Quatre voitures (dont trois en gare) se couchent sur les voies, happant des usagers sur leur passage. La direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises (DGSCGC) a récemment publié son retour d’expérience (RETEX) sur le dispositif de gestion de crise mis en place.

Ce document, rédigé de manière concise et structurée, est de lecture aisée et sera d’un grand intérêt pour alimenter la réflexion sur l’amélioration des dispositifs de type « plan rouge » ou « ORSEC NOVI ».

PDF - 14.2 Mo
RETEX Brétigny

Les associations de sécurité civile

Concernant le cas particulier des associations de sécurité civile, il apparaît qu’elles ont été sollicitées dès le début par le COZ Île-de-France (Centre Opérationnel de Zone). Néanmoins, leur arrivée rapide et leur nombre important a entraîné une prise en compte difficile. De plus, certaines associations de secourisme se sont engagées spontanément sur le dispositif, en absence de coordination, au risque de déstabiliser l’organisation.

JPEG - 68.3 ko

Afin de remédier à cette situation, il est suggéré « d’identifier un référent unique inter-associatif » au niveau départemental.

On peut aussi penser qu’une information régulière des services du préfet à l’ensemble des associations de sécurité civile du département, une fois par an, et une invitation aux exercices de sécurité civile, serait à même d’éviter ce type de difficulté.

Les réseaux sociaux

Le document consacre une large place à la collecte d’information via les réseaux sociaux. En effet, il est désormais acquis que les utilisateurs de smartphones présents sur place prennent des photos et vidéos postées sur les médias sociaux avant même que les secours n’arrivent sur place. Cela permet au gestionnaire de crise, s’il est en mesure d’obtenir et d’utiliser ces informations, d’avoir très tôt une première idée de la situation.

Les autorités peuvent aussi diffuser des consignes et conseils vers le public via les médias sociaux, ce qui a été entrepris dans le cas de Brétigny et a été reconnu comme facilitant la gestion de crise.

L’association des volontaires internationaux en soutien opérationnel virtuel (VISOV), composée de bénévoles francophones intervenant dans le domaine des médias sociaux en gestion de crise (MSGU) a elle aussi apporté une aide appréciée.

Partager cette brève
Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.