Une proposition de loi de M. Laurent Wauquiez [1] visant à rendre obligatoires dans tous les établissements scolaires des cours de secourisme à partir de la classe de CM1 a été déposée le 24 avril 2013 à la présidence de l’Assemblée nationale.

Pourquoi pas, mais, faut-il le rappeler, c’est déjà le cas depuis presque 10 ans.

Apprentissage du massage cardiaque (photo thibaultluymoeyen)

Article L312-16 du code de l’éducation :

Un cours d’apprentissage sur les premiers gestes de secours est délivré aux élèves de collège et de lycée, selon des modalités définies par décret.

Ainsi au collège, une attestation Prévention et secours civiques de niveau 1 (PSC1) est délivrée aux élèves de 3e de collège ayant suivi la formation aux premiers secours (article D 312-41 du code de l’éducation).

Faut-il le rappeler également, malgré cette obligation, moins de 20 % des élèves de troisième passent effectivement leur PSC1 [2].

C’est une évidence : ce n’est pas parce que c’est obligatoire que c’est effectivement mis en œuvre. Comment rendre cette obligation effective ? C’est assez simple en fin de compte : rendre le PSC1 obligatoire pour l’obtention du diplôme national du brevet à brève échéance. Si tel est le cas, l’administration de l’Éducation nationale sera bien obligée, à tous les échelons, de mettre les moyens nécessaires en œuvre. Or c’est précisément ce moyen qui fut rejeté il y a deux ans à l’Assemblée, par la majorité précédente [3], à laquelle appartient M. Laurent Wauquiez. Le ministre du gouvernement de l’époque l’a affirmé sans détour : l’apprentissage des premiers secours n’était pas une priorité pour lui [4].

Il s’agit bien d’une question de priorités. Certes, rendre le PSC1 obligatoire pour le brevet des collèges entraînerait une mise à niveau de l’appareil éducatif à marche forcée et au détriment d’autres sujets. Mais il s’il s’agit d’affirmer que la massification de la compétence concernant les gestes de premiers secours est une priorité, il faut le faire. Sinon, il est certain que le taux d’élèves formés en troisième, qui augmente doucement année après année, continuera à progresser, mais à quel rythme ? Combien d’années, ou plutôt de dizaines d’années, faudra-t-il attendre pour atteindre un taux proche de 100 % ? Et combien de milliers de victimes supplémentaires faute de soins efficaces de la part des premiers témoins d’un arrêt cardiaque ?

Partager cette brève
Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Proposition de loi pour rendre le secourisme scolaire obligatoire (alors qu’il l’est déjà)

10 novembre 2014 par Grenier

Bonjour, je suis une maman de 5 enfants dont la troisième va passer son brevet en juin 2015.
Je viens d’avoir la surprise de découvrir cette loi mais elle s’accompagne d’une très désagréable surprise puisque le collège de ma fille me réclame 35 euros de participation pour on ne sait qui ( et nous avons une réduction dont ne sais qui de 10 euros )...
J’enquête donc !
Si vous avez des infos sur l’aspect financier de cette formation , je les accueille avec joie !

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Proposition de loi pour rendre le secourisme scolaire obligatoire (alors qu’il l’est déjà)

2 décembre 2014 par Stoven

Bonjour .
Pour former les élèves au PSC1, les établissements scolaires ont plusieurs possibilités : ils peuvent avoir recours à une association de sécurité civile (protection civile, croix rouge ...) qui leur facture la prestation un minimum de 50 euros par élève (groupe de 10 maximum par formateur ). Cela semble votre cas.
Il existe aussi des formateurs ( souvent profs ou infirmiers ) à l’éducation nationale qui peuvent dispenser cette formation. Elle est alors gratuite pour les élèves et les formateurs sont rémunérés (ou pas ) par l’éducation nationale.
Mon constat est attristant : Je suis formatrice en secourisme pour la protection civile ( bénévolat) et pour l’éducation nationale (pas bénévole ! ) en plus de mon métier d’enseignante. J’ai déboursé les 650 euros de la formation de formateur et pris 2 semaines de mes congés pour me former . Il est très compliqué de mettre en place ces formations , rares sont les établissements qui ont une volonté de former les élèves . Il ne faut pas prendre sur les cours, pas de salles disponibles, pas de volonté de rémunérer les formateurs (et les infirmiers ne peuvent pas être rémunérés en plus ) . j’ai pu l’an dernier former un maximum de 50 élèves ce qui m’a demandé 60 heurs de travail faiblement rémunéré , c’est décevant. Et cela m’a demandé une telle énergie que je ne suis pas sûre de me démener de la même façon cette année.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.