De temps à autre on peut lire sur les commentaires des articles traitant des premiers secours dans les journaux et magazines des affirmations pour le moins farfelues, comme celle de lissionok sur lepoint.fr :

S’agit-il de pure malveillance avec un but avéré de désinformation, ou une simple manifestation de bêtise mêlée d’ignorance ? Affirmer qu’un geste de secours peut être beaucoup plus dangereux qu’utile est en effet grotesque dans la mesure où, si l’on ne fait rien, la victime meurt. Qu’est-ce qui serait plus dangereux que mourir ? Ce commentateur, bien caché derrière un pseudo lui garantissant l’anonymat, donne comme caution « médecins urgentistes et SAMU » pour donner un vernis de vérité à son affirmation, sans bien sûr citer nommément qui que ce soit.

Aujourd’hui, c’est un message exactement contraire que diffusent les urgentistes. Ainsi le Dr Pascal Cassan, médecin conseiller national de la Croix-Rouge française affirmait dans une émission d’Allo Docteurs :

De toute façon, il vaut mieux faire quelque chose que ne rien faire du tout. Le message est très simple aujourd’hui.

N’oubliez pas : agir vaut mieux que de ne rien faire. C’est ce que rappelle fort justement l’ERC (Conseil européen de la réanimation) dans ce tweet, alors qu’un homme vient de sauver une petite fille dans un supermarché en Australie.

Le client du supermarché s’est instinctivement remémoré quelques gestes appris lors d’une formation d’une journée qui lui avait été dispensée lors de sa scolarité, plus de 10 ans auparavant, comme il l’explique dans une interview à Sky News.

Cela montre l’importance du secourisme scolaire. Rappelons ici que bien que la formation aux premiers secours au collège est obligatoire en France, elle ne concerne effectivement qu’un cinquième de cette population. Mais elle progresse. Un partenariat avec la MAIF permet d’accélérer la formation des instructeurs et l’achat de matériels dans certaines régions, ce qui permet de s’approcher du nombre de formateurs nécessaires pour atteindre l’objectif fixé par la loi.

Il reste beaucoup à faire pour développer le secourisme de masse en France pour sauver des vies. Chacun peut y contribuer en soutenant les initiatives visant à initier ou former les citoyens à tous les âges de la vie et en diffusant ce message : dans tous les cas, agir est mieux que de ne rien faire !

Partager cette brève
Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Premiers secours : agir est toujours préférable à ne rien faire (et cela sauve des vies)

23 mai 2013 par Didier BURGGRAEVE

Malheureusement, qu’a dit le ministre de l’Intérieur à l’Assemblée nationale lors de l’examen de la proposition de loi du député Bernard GERARD pour la formation obligatoire des candidats aux permis de conduire (par un stage pratique de 4 heures) aux "5 gestes qui sauvent" (donc de survie) face à un accident de la route ?
Qu’il n’était pas sûr que les associations agréées pour la formation au secourisme pourraient assurer cette formation à autant de candidats chaque année ! Que certains gestes ne "seraient" plus d’actualité ou discutables. Et de citer "comprimer l’hémorragie externe" voire la PLS !
Qui a transmis ces commentaires au ministre en charge de la sécurité civile donc du secourisme ? C’était le 11 octobre 2012 à l’Assemblée nationale !
Suivre les démarches du CAPSU qui a écrit au ministre.
Comment font les autres pays qui ont mis en place cette formation obligatoire pour obtenir un permis de conduire ?
Didier BURGGRAEVE, président du CAPSU.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Premiers secours : agir est toujours préférable à ne rien faire (et cela sauve des vies)

24 mars 2013 par FDN

Bonjour,

Effectivement l’annonce du début d’article est pour le moins farfelue....
Le Dr Pascal CASSAN a mille fois raison, il ne peut pas y avoir d’aggravation possible face à quelqu’un qui se trouve en état de mort apparente.
De plus, trop peu de gens savent que c’est dans leur entourage proche, qu’ils auront à réaliser, le plus souvent, des gestes de 1er secours. Cela doit tous nous interpeller !

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.