C’est en décembre 1968 que M. Paul Reynaërt, alors secrétaire général de l’UNPC (Union Nationale de Protection civile) rencontre Didier BURGGRAEVE à l’État-major de la BSPP (Brigade de sapeurs-pompiers de Paris) où il se trouve comme engagé volontaire depuis juin 1967.

Ses supérieurs l’avaient mis en contact avec le président de l’UNPC, M. Jean LAURENT-PERUSSEL, du fait de son intérêt pour le secourisme, la prévention des accidents et les secours à apporter aux accidentés de la route. C’est à l’issue de cette réunion que les hommes firent connaissance.

Didier BURGGRAEVE crée, en 1969, les ESPC (Équipes de secours protection civile) de Wasquehal-Flers (deux communes limitrophes de Roubaix et Tourcoing) et met ainsi en pratique ses idées pour la formation de la population au secourisme. Il
développe son projet de 1967, les « 5 gestes qui sauvent », par des conférences au-delà du département du Nord.

M. REYNAËRT suivra de près tout ce qui sera fait et encouragera en permanence tous ces jeunes. Il mettra en contact, en 1970, Didier BURGGRAEVE avec Pierre BLAHA, son aîné, particulièrement intéressé par la prévention et la protection contre l’incendie, comme M. REYNAËRT, lui-même consultant dans ce domaine et conseiller technique auprès du préfet de Police de Paris.

Il se créera ainsi des liens de plus en plus étroits avec Didier BURGGRAEVE et ses jeunes compagnons du Nord et M. REYNAËRT sera présent à Paris le 1er décembre 1970 lorsqu’une « Bourse de la Vocation » lui sera attribuée au titre du secourisme et de la protection civile.

C’est ainsi qu’en 1975 fut créée une association complémentaire aux associations de secouristes, l’ADPS (Association pour le développement de la prévention (des accidents) et du secourisme) qui deviendra ensuite le CAPSU.

C’est tout à fait naturellement que Pierre BLAHA et Didier BURGGRAEVE proposeront ensemble à M. REYNAËRT d’en devenir le président d’honneur quelques années plus tard.

M. REYNAËRT suivra toujours les actions des associations, même après sa retraite et les contacts demeurèrent jusqu’à la fin de sa vie, le 12 avril 1992.

Ce que l’on peut et doit retenir de la position de M. REYNAËRT vis-à-vis des jeunes, parfois très jeunes, qui composaient ces associations de secouristes puis I’ADPS-CAPSU, ce sont, en plus de ses conseils, ses encouragements et compliments permanents, afin de les inciter à agir et à « militer pour la protection civile ».

Ainsi, par ses recommandations, ses écrits, sa présence, il aidera ces jeunes à progresser, à devenir meilleurs puis, comme il le souhaitait, à prendre le relais pour - puisque nous ne serons jamais assez nombreux - développer le secourisme et la prévention des accidents.

Didier BURGGRAEVE

Sur le Web Le CAPSU sur secourisme.net

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.