« Et est-ce à l’école seule d’assurer une formation aux premiers secours à destination de tous les jeunes ? Sincèrement, je ne le crois pas. » Ainsi s’exprimait le ministre de l’Éducation nationale le 6 octobre à l’Assemblée nationale à l’occasion de la discussion du projet de loi relatif à l’instauration d’une épreuve de formation aux premiers secours au brevet des collèges [1].

Il a donné quelques chiffres relatifs au secourisme scolaire :

- en 2009-2010, formation de 12,4 % des effectifs de troisième au PSC 1, soit 92 925 élèves,
- 173 instructeurs actifs,
- 5 500 moniteurs dans les établissements scolaires publics et privés
- cette année 2011-2012, 73 monitorats sont prévus dans les budgets de formation des académies ainsi que 450 journées de formation continue.

En substance, il a indiqué que ces chiffres témoignent d’ores et déjà d’un « fort engagement » en faveur de la formation aux premiers secours. Cela semble pour le moins saugrenu, étant donné que son ministère a l’obligation [2] de former l’ensemble des élèves de troisième. Imagine-t-on payer seulement 12,4 % de ses factures en indiquant à ses créanciers qu’il s’agit d’un « fort engagement » ? Car la difficulté de financer cette obligation a bien été évoquée dans le débat parlementaire et ressort comme une des causes du naufrage du secourisme scolaire. Pourtant les sommes en jeu, rapportées au budget de l’Éducation nationale, sont dérisoires [3].

La proposition de loi, soumise au vote, a définitivement été rejetée le 12 octobre. Triste journée pour le secourisme scolaire.

Sur le Web Texte intégral des débats

Notes

[2Article L312-13-1 du code de l’Éducation : Tout élève bénéficie, dans le cadre de sa scolarité obligatoire, d’une sensibilisation à la prévention des risques et aux missions des services de secours ainsi que d’un apprentissage des gestes élémentaires de premier secours.

[3Il faudrait de l’ordre de 0,01 % du budget de l’Éducation pour former tous les élèves de troisième !

Partager cette brève
Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Pour Luc Chatel, l’école n’a pas à assurer la formation aux premiers secours de tous les jeunes

17 février 2012 par Olivia

Les données disponibles tendent à indiquer que les objectifs fixés par le législateur ne pourront pas être atteints rapidement.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Pour Luc Chatel, l’école n’a pas à assurer la formation aux premiers secours de tous les jeunes

5 novembre 2011 par VINCENT

Ce qui est surprenant dans ce débat c’est qu’on ne parle pas des élèves qui entrent au Lycée professionnel. En effet, les élèves de CAP et BAC pro doivent être formés au SST.
Or, actuellement même si cette formation apparait sur le référentiel et l’épreuve d’examen de la matière prévention santé environnement, les élèves ne sont pas tous formés car l’éducation nationale ne donne pas les moyens.
C’est bien de remplir le code de l’éducation et du travail d’article sur la sécurité. Faudrait-t-il se donner les moyens de les appliquers !!

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.