Le transporteur à bas coût n’a pas de défibrillateur à bord. Ils ne sont pas obligatoires au regard de la réglementation européenne, mais les compagnies majeures embarquent toutes un défibrillateur automatique à bord, ce qui semble une mesure de bon sens. D’autant plus que les hôtesses et stewards sont formés à leur utilisation. Les avions d’Air France ou de British Airways sont équipés. Autre exemple, Virgin Atlantic a des défibrillateurs à bord de tous ses avions depuis... 1990. L’intérêt de ces machines à bord n’est plus à démontrer [1].

JPEG - 43.5 ko
Une cabine Ryanair, en 2007
par Leo Johannes

La légèreté de Ryanair pourrait bien avoir coûté la vie a une femme de 47 ans, le 1er novembre 2014. Elle est décédée dans les toilettes d’un avion de la compagnie [2]. Une passagère, chirurgienne, présente fortuitement a bord, après avoir réclamé en vain l’appareil de défibrillation, a échoué à réanimer la victime. Le médecin légiste, qui a examiné ensuite le corps, n’a pas pu déterminer si un défibrillateur aurait permis de la sauver. Il considère toutefois l’absence de défibrillateur en avion comme anormale, et demande tant aux responsables de la sécurité de l’Aviation civile de son pays qu’aux autorités européennes de légiférer sur cette matière. Une pétition a également été ouverte [3].

Ce n’est pas la première fois que Ryanair fait parler d’elle en matière de premiers secours à bord de ses vols. En 2010, l’attention portée par le personnel navigant à la victime d’un malaise ne fut pas à la hauteur du minimum que l’on peut attendre dans une telle situation. C’est ce qui ressort à la d’un article du Herald Scotland qui relate la mésaventure d’un passager sur la ligne Marseille Edinburgh [4].

L’homme inconscient a été pris en charge par deux médecins qui se trouvaient à bord. Ces derniers craignaient un malaise cardiaque. Le voyageur a fini par revenir à lui, et les docteurs lui ont conseillé de manger un peu. Un thé et des biscuits ont été amenés par le personnel, mais dûment tarifés. La conjointe de la victime s’est acquittée de la facture à bord.

Enfin, aucune couverture n’était disponible pour couvrir la victime. Il semble qu’il n’y avait dans le kit médical qu’un médicament contre le mal des transports et des pansements.

Maintenant, vous pourrez choisir votre transporteur en connaissance de cause. Et si vous embarquez avec Ryanair, n’oubliez pas votre kit de survie.

Partager cette brève
Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.