Un article publié par des chercheurs japonais dans le journal The Lancet le 17 mars 2007 laisse penser que le bouche-à-bouche pratiqué sur des victimes d’arrêt cardiaque est inutile, voire dangereux.

L’étude réalisée sur huit hôpitaux universitaires au Japon a pu vérifier que sur 4 241 arrêts cardiaques observés par des passants :

- 2 917 n’avaient fait l’objet d’aucune manœvre de secourisme ;
- 1 324 avaient été réanimés,

  • pour 434 par un simple massage cardiaque externe,
  • pour 712 avec massage cardiaque + bouche-à-bouche (RCP).

Globalement, les résultats sont sur le plan de la survie neurologique deux fois meilleurs en absence de bouche-à-bouche : le taux de survie est 6,2% avec le seul massage contre 3,1% pour la RCP. En cas de défibrillation, le taux de survie est de 19.4% contre 11.2%, et quand le massage est réalisé dans les 4 min consécutives à l’arrêt cardiaque de 10.1% contre 5.1%.

Les études précédentes avaient déjà montré que les compressions sont plus importantes que les insufflations et les recommandations 2005 de l’European Resuscitation Council reprises dans le nouveau programme des premiers secours en équipe prévoient de ne plus insuffler dès le départ comme avant, mais de commencer la réanimation par des compressions thoraciques. De plus le nombre d’insufflations a été réduit de moitié (toutes les 30 compressions au lieu de toutes les 15).

Il se peut, si cette étude est confirmée par d’autres, qu’un jour les insufflations disparaissent. En attendant il faut s’efforcer de réaliser encore des insufflations, en ayant à l’esprit que réaliser le massage seul est une alternative si on trouve le bouche-à-bouche repoussant.

Par contre pour les enfants, le bouche à bouche continuera sans doute d’être nécessaire dans tous les cas.

Pour le savoir, il faut attendre les prochaines recommandations de l’ERC (les dernières datent de 2000 puis 2005, les prochaines en 2010 ?) puis leur traduction dans les programmes de formation.

A lire :

- Secourisme, la fin du bouche-à-bouche sur http://www.lefigaro.fr/sciences/200...
- Le bouche-à-bouche n’est pas vital http://tempsreel.nouvelobs.com/actu...
- The Lancet 2007 ; 369:920-926, Cardiopulmonary resuscitation by bystanders with chest compression only (SOS-KANTO) : an observational study, SOS-KANTO study group http://www.thelancet.com/journals/l...

Partager cette brève
Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vers la fin du bouche-à-bouche ?

15 avril 2007 par Bernard

Il y a déjà pls années que les médecins connaissaient les premières études. Ceci a abouti au 30/2 à la place du 15/2 et bientôt je l’espère, au MCE simplement.

Ceci permettra aux sauveteurs d’être efficaces là où ils préféraient ne rien faire par répugnance au BàB.

Bien sûr, dès la disposition d’un BAVU et de l’O2, il faut associer impérativement, MCE et ventilation.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.