Référence : Circulaire n° 83-163 du 12 juillet 1983.

P.J. : 1 programme.

Suite à la réunion, en séance plénière, du comité technique de premiers secours en milieu sportif le 5 décembre 1984, j’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir tenir compte des modifications suivantes de la circulaire du 12 juillet 1983 citée en référence :

I. La formation

A) En ce qui concerne les services publics, ceux-ci seront habilités pour la formation de leur propre personnel ou ressortissants au diplôme de premiers secours en milieu sportif, dès lors qu’ils vous auront communiqué la composition de leur équipe pédagogique, à savoir :

- un médecin titulaire d’un certificat d’études spécialisées de biologie et de médecine du sport ;
- deux masseurs-kinésithérapeutes ;
- trois moniteurs de secourisme titulaires du diplôme de premiers secours en milieu sportif ;
- un professeur d’éducation physique et sportive ;
- un éducateur sportif titulaire du brevet d’État d’éducateur sportif du premier degré au moins.

B) Le programme de formation est joint en annexe à la présente circulaire.

Il annule et remplace celui diffusé par la circulaire du 12 juillet 1983.

Toutes les formations qui débuteront à partir du 1er février 1985 devront être conformes à ce nouveau programme.

II. Modalités de déroulement

Sans changement, la numérotation des chapitres restant la même dans le nouveau programme.

III. Délivrance du diplôme

Les diplômes vierges seront envoyés par le Bureau de la formation de la Direction de la Sécurité civile dès réception par ce service d’un exemplaire du procès-verbal de l’examen comprenant :

- les noms et qualités des membres du jury ;
- les notes obtenues à chacune des cinq épreuves par les candidats ;
- les noms, adresses et professions de ceux-ci.

IV. Dispositions particulières

Je vous précise qu’un arrêté conjoint du ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation et du ministre délégué à la Jeunesse et aux Sports va rendre obligatoire la possession de la mention ranimation du Brevet national de secourisme pour les candidats au diplôme de premiers secours en milieu sportif.

Cet arrêté sera publié au « Journal officiel ».

Cette disposition ne changera en rien le contenu du programme ci-joint ; les chapitres communs à cette mention du Brevet national de secourisme et au diplôme de premiers secours en milieu sportif devront être enseignés selon les créneaux horaires prévus. Ils serviront de révision pour des notions essentielles.


Je vous saurai gré de bien vouloir assurer une diffusion aussi large que possible de ce programme auprès de tous les services publics ou associations concernés de votre département.

Les dispositions de la circulaire n° 83-163 du 12 juillet 1983 qui ne sont pas abrogées par la présente circulaire restent valables.

Pour le ministre et par délégation
Le préfet,
directeur de la Sécurité civile,
Henri ROUANET.

PROGRAMME DU DIPLÔME DE PREMIERS SECOURS EN MILIEU SPORTIF

FORMATION EN 40 HEURES MINIMUM

PROGRAMME THÉORIQUE
(durée 12 heures maximum)

I. OBJET DE L’ENSEIGNEMENT (durée 1 heure 30)

A. - Les besoins du milieu sportif.

- Nécessité du secouriste sur le terrain ou dans les salles de sport, les chiffres (*), les moyens d’urgence.
- Les besoins d’un enseignement spécialisé : les problèmes de traumatologie spécifique.
- La place du secouriste en milieu sportif par rapport aux médecins, aux masseurs-kinésithérapeutes, aux dirigeants du sport.

B. - L’accident en sport.

- Qui est concerné ?

  • le sportif,
  • les spectateurs,
  • les cadres et arbitres.

- Quand est-on concerné ?

  • pendant toute activité physique, entraînement, compétition.

- Comment est-on concerné ?

  • traumatologie,
  • inadaptation à l’effort (effort bref et intense, effort prolongé et soutenu).

- Fréquence moyenne des accidents dans les différents sports (*).
- Spécificité selon le sport.
- Répartition anatomique selon le sport et l’âge.
- Risques selon le milieu ambiant.
- Risques selon les modalités de la pratique et les appareils utilisés.

C. - L’organisation du milieu sportif

- la notion de fédération et la structure médicale ;
- le C.N.O.S.F. et sa commission médicale (*) ;
- le ministère délégué à la Jeunesse et aux Sports et son bureau médical (*) ;
- la licence fédérale ;
- les problèmes liés aux sports de masse et aux sports loisirs.

(*) Ne fera pas l’objet de questions à l’examen.

II. CONDUITE A TENIR
DEVANT UN ACCIDENT DU SPORT
(durée 30 minutes)

- protéger ;
- alerter ;
- secourir ;
- généralités et spécificités dans le cadre sportif ;
- les effets du dopage.

III. RAPPELS ANATOMIQUES
ET PHYSIOLOGIQUES
(durée 1 heure 30)

- les os ;
- les articulations (mobilité articulaire) ;
- les muscles (l’activité musculaire),
- les tendons et leurs insertions.

IV. LES LÉSIONS OSTEOARTICULAIRES
ET MUSCULOTENDINEUSES

(durée 2 heures 30)

A. - Généralités sur les lésions ostéoarticulaires.

- Prévention, comment reconnaître, complications, conduite à tenir :

  • fractures ;
  • entorses ;
  • luxations ;
  • lésions méniscales.

B. - Généralités sur les lésions musculotendineuses.

- Prévention, comment reconnaître, complications, conduite à tenir :

  • contusions musculaires ;
  • courbatures ;
  • contractures ;
  • crampes ;
  • élongations ;
  • ruptures musculaires ou tendineuses partielles ;
  • ruptures musculaires ou tendineuses totales ;
  • arrachements ostéoarticulaires ;
  • douleurs tendineuses.

V. LES LÉSIONS CUTANÉES DU SPORTIF (durée 1 heure)

- Rappel anatomique et physiologique sur la peau.
- Prévention, comment reconnaître, complications, conduite à tenir :

  • Les plaies
    • qui saignent abondamment ;
    • autres plaies graves (profondeur, étendue, localisation en particulier l’oeil) ;
    • plaies simples.
  • Les brûlures.
  • Le pied :
    • le cor ;
    • le durillon ;
    • l’ongle incarné ;
    • l’ampoule ;
    • le pied d’athlète.

- Les autres localisations.
- Les lésions cutanées d’origine infectieuse ou allergique.
- Les ecchymoses, les hématomes et les points douloureux souscutanés.

VI. LES AUTRES TRAUMATISMES (durée 2 heures)

- Prévention, comment reconnaître, complications, conduite à tenir :

  • le crâne ;
  • la face ;
  • les dents ;
  • la colonne vertébrale en particulier la colonne cervicale ;
  • le thorax ;
  • l’abdomen ;
  • l’amputation digitale.

- Cas particuliers : seins, testicules.

VII. LES DÉFAILLANCES AIGUËS DU SPORTIF (durée 3 heures)

- Rappel anatomique et physiologique : ventilation, circulation, système nerveux.
- Adaptation à l’effort : ses incidences sur le système nerveux, la circulation, la ventilation :

  • aspects énergétiques ;
  • rôle de l’entraînement ;
  • rôle de l’échauffement ;
  • intérêt d’une surveillance par la prise du pouls.

- Prévention, comment reconnaître, complications, conduite à tenir :

  • A. - « Malaises » métaboliques :
    • prévention diététique ;
    • hypoglycémie ;
    • déshydratation ;
    • hyperthermie ;
    • hypothermie.
  • B. - « Malaises » nerveux :
    • troubles neurovégétatifs ;
    • tétanie ;
    • épilepsie.
  • C. - « Malaises » cardiovasculaires.
  • D. - Détresses ventilatoires.
  • E. - Détresses circulatoires :
    • collapsus ;
    • état de choc ;
    • arrêt circulatoire.

PROGRAMME PRATIQUE

(durée 28 heures minimum)

VIII. INSPECTION, PALPATION ET MOBILITÉ
DU SUJET NORMAL

(durée 5 heures)

  • Repères : osseux, musculaires, tendineux.
  • Mobilité.

IX. LES TECHNIQUES D’IMMOBILISATION
DE PREMIERS SECOURS DES LÉSIONS
OSTÉO-ARTICULAIRES (entorses, luxations, fractures)

(durée 4 heures)

A. - Les membres.

- Les techniques d’immobilisation improvisée :

  • les écharpes ;
  • les attelles rigides ;
  • la sangle de manutention ;
  • la bande collante.

- Le matériel d’immobilisation spécialisé :

  • les attelles pneumatiques ;
  • les gouttières modelables ;
  • le coussin à dépression ;
  • les gouttières métalliques rigides.

B. - Le rachis.

- Les techniques d’immobilisation improvisée.
- Le matériel d’immobilisation spécialisé :

  • matelas à dépression ;
  • collier cervical ;
  • minerve cervicale.

X. LES ÉTIREMENTS MUSCULAIRES
(durée 4 heures)

- En cas de crampe, étirements sur les muscles suivants :

  • biceps brachial ;
  • triceps brachial ;
  • fléchisseurs des doigts et du poignet ;
  • extenseurs des doigts et du poignet ;
  • quadriceps (droit antérieur) ;
  • ischio-jambiers ;
  • triceps sural ;
  • jambier antérieur ;
  • fléchisseurs des orteils ;
  • extenseurs des orteils.

- Techniques d’autoétirements.

XI. LES CONTENTIONS DE PREMIERS SECOURS :
ARTICULAIRES, MUSCULAIRES ET TENDINEUSES

(durée 5 heures)

- Le matériel et les principes d’application des contentions de premiers secours.
- Les bandages adhésifs élastiques en cas de douleurs tendineuses (tendinite) :

  • tendon extenseur du pouce ;
  • tendon rotulien ;
  • tendon du jambier antérieur ;
  • tendon extenseur du gros orteil.

- Les bandages non adhésifs élastiques.

  • A. - En cas d’entorse :
    • poignet ;
    • pouce et autres doigts ;
    • cheville.
  • B. - En cas de claquage ou de déchirure musculaires.
  • C. - Cas particulier de l’épicondylite.

XII. LES TECHNIQUES D’APPLICATION DU FROID
EN PREMIERS SECOURS

(durée 1/2 heure)

XIII. LÉSIONS DE LA PEAU,
CONDUITE A TENIR ET PROTECTION

(durée 2 heures)

- plaie qui saigne ;
- plaie grave ;
- plaie simple ;
- protection d’un point d’appui douloureux ;
- protection d’une zone de frottement.

XIV. LE TRANSPORT D’UNE VICTIME
(durée 2 heures 30)

- Les dégagements d’urgence au sol.
- Les techniques de transports improvisées :

  • soutien par un ou deux secouristes ;
  • chaise à deux secouristes ;
  • utilisation de la sangle de manutention ;
  • brancard improvisé.

- Installation d’un blessé sur le brancard :

  • préparation du brancard.

- Relevage de la victime par le pont néerlandais (à 3 sauveteurs et plus) :

  • blessé à plat dos ;
  • blessé en position latérale de sécurité ;
  • utilisation de la sangle de manutention.

Transport du brancard sur terrain plat à deux ou quatre secouristes.

XV. GESTES PRATIQUÉS DEVANT UNE DÉTRESSE
(durée 5 heures)

- Techniques de libération des voies aériennes.
- Techniques de retrait d’un casque.
- Techniques de position latérale de sécurité à un, deux ou plus de deux secouristes.
- Techniques de ventilation artificielle : méthode orale, bouche à bouche, bouche à nez.
- Pratique du massage cardiaque externe associé à la ventilation artificielle à un et à deux sauveteurs (pour un adulte, pour un enfant).
- Techniques d’utilisation de l’oxygène : mise en place d’une inhalation d’oxygène.

Partager cet article