Lifesaver est une application destinée au public britannique, disponible sur smartphones et tablettes, ainsi qu’en ligne dans un navigateur. Son principe est différent des applications « premiers secours » que l’on connaît et qui vous permettent de retrouver la description des gestes qui sauvent, les numéros d’urgence ou la localisation du défibrillateur le plus proche. Lifesaver propose une immersion dans plusieurs situations d’urgence et de vous apprendre la conduite à tenir. Ce pari technologique est-il tenu ? La réponse dans ce test.

Lifesaver se présente comme une expérience numérique, dont la production a nécessité le tournage d’un film interactif et l’adaptation au format et aux possibilités des smartphones et tablettes. Il est parrainé par le « Resuscitation Council », société savante qui, au Royaume-Uni, définit les référentiels de formation aux premiers secours. La réalisation a été confiée à Martin Percy de Unit9, une des sociétés de production audio-visuelle ayant pignon sur rue dans le pays. Une subvention d’environ 110 000 € a été accordée par une agence pour le compte du gouvernement britannique au titre des projets innovants [1]. La totalité du financement a été utilisée pour le projet, qui n’a fait l’objet d’aucun budget marketing [2].

L’application propose trois situations, qui commencent comme des films. Evidemment, il ne se passe pas longtemps avant qu’un des acteurs ne s’effondre inconscient, ne s’étouffe ou ne soit victime d’un arrêt cardiaque. Dès lors l’utilisateur n’est plus un simple spectateur, mais doit s’impliquer en prenant toutes sortes de décisions. Celles-ci sont formalisées par des mini-QCM avec deux propositions entre lesquelles il faut choisir. Et, même pour quelqu’un d’entraîné, ce n’est pas si évident. Certaines questions portent sur des détails, et surtout, le délai de réflexion accordé est très court.

Mais les actions à réaliser ne se limitent pas à la réponse aux questions. Lifesaver met à profit les capteurs de mouvements des tablettes et smartphones pour vous faire réaliser des gestes. Gare à vous si vos compressions ne sont pas assez rapides lors d’un massage cardiaque.

Voici une petite vidéo de présentation sous-titrée par nos soins.


Notre avis

L’ensemble est assez efficace. Il en résulte une véritable impression de stress, d’autant que les situations sont très réalistes. Les conduites à tenir sont parfaitement conformes au référentiel en vigueur. Toute erreur est immédiatement reprise et expliquée. De nombreux détails (où exactement faut-il placer le poing lors de la manœuvre de Heimlich ?) permettent de se remémorer, en plus des conduites à tenir, certaines subtilités des gestes à effectuer.

PNG - 1 Mo
Questions sur la manœuvre de Heimlich.
Où placer le poing ? Entre le nombril et le sternum ? Sous le nombril ?

Que fait l’application que n’apporte pas une formation aux premiers secours grand public classique ? Dans une formation classique, la pédagogie utilisée est centrée sur l’apprentissage et la mémorisation des gestes (LVA, manœuvre de Heimlich, mise en PLS, RCP…) Les conduites à tenir sont énoncées, mais sont plus difficiles à mémoriser que les gestes, car elles ne sont pas systématiquement répétées. Les mises en situation sous forme de cas concrets sont peu nombreuses, peu variées, car limitées au cadre de la salle de cours, et réalisées dans un cadre d’apprentissage excluant toute notion de stress. L’application a l’avantage d’aller bien plus loin dans la mémorisation de la conduite à tenir, et dans le réalisme des mises en situation.

Inversement, on peut douter que l’application toute seule suffise à maîtriser les gestes. Les réaliser et les répéter sous la conduite d’un moniteur de premiers secours permet de parvenir à un geste, pas nécessairement parfait, mais efficace et sans danger pour la victime. L’application permet bien de voir la manœuvre de Heimlich, la LVA, la RCP, la mise en PLS, mais sans les faire et les répéter soi-même sur une victime simulée, il n’est pas possible de les restituer correctement le moment venu. Les auteurs ne prétendent d’ailleurs pas le contraire et l’application propose de s’inscrire à un cours de premiers secours.

Au final cette application complète bien une formation « en salle ». Elle permettra de mieux mémoriser les conduites à tenir, de prendre conscience de la difficulté d’une intervention réelle, ainsi que de réviser certains détails des gestes après une telle formation.

Pour une première, Lifesaver est une indiscutable réussite. Il a d’ailleurs reçu de nombreuses récompenses dans le domaine du e-learning [3].

Et en France ?

Verra-t-on en France ce type d’outil qui développe une approche innovante de simulation pédagogique ? L’apport du numérique à la formation est un plus indéniable pour une formation de masse aux premiers secours, mais les velléités de formation multimédia sont restées à ce jour à l’état de vœux pieux. Lifesaver est un projet qui a nécessité une ingénierie pédagogique particulière poussée, qui a bénéficié d’un financement à la hauteur. Qui serait à même de s’atteler à un tel projet ?

En attendant, si l’anglais ne vous fait pas peur, jetez-vous dessus, c’est gratuit.

- iPad app
- iPhone app
- tablette Android
- smartphone Android

Sur le Web : Lifesaver

Partager cet article
Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.