En 1997 le CAPSU diffusait le premier d’une série de cinq tomes sur la vie du professeur Marcel Arnaud. Retour sur les circonstances de sa sortie et les réactions qu’il suscita.

JPEG - 97.8 ko
Correspondance de Marcel Arnaud donnant son accord pour publier ses réflexions sous sa signature

Ce tome I faisait suite à la publication de textes ou de documents sur l’œuvre du professeur Marcel ARNAUD, tout particulièrement axés sur le secourisme routier dont il fut le génial inventeur.

JPEG - 86.4 ko
Evocation du livre « les blessés de la route » de Marcel Arnaud (1961)

Il fut diffusé fin juillet et en août 1997 pour les premiers destinataires (premier tirage de dix exemplaires réalisé par le CAPSU), quelques jours avant l’hommage rendu à Marseille, le dimanche 17 août 1997, pour le 20e anniversaire de la mort de Marcel ARNAUD.

Les premiers destinataires, que l’on peut nommer prioritaires ont été :

- le professeur Louis SERRE, le 31 juillet 1997, fondateur du premier SAMU à Montpellier, en 1963, collaborateur et ami intime du professeur ARNAUD ;
- le docteur André SOUBIRAN, président de l’ACMF, également le 31 juillet ;
- le professeur Pierre JOLIS, le 11 août, Pionnier du secourisme ;
- le médecin colonel Michel HERAUT, le 11 août, ancien médecin-chef des sapeurs-pompiers du Pas-de-Calais, collaborateur du professeur ARNAUD ;
- madame MUSELLI-ARNAUD, le 28 août, fille du professeur Marcel ARNAUD ;
- le professeur Alain LARCAN, le 2 septembre, fondateur du « service SOS » pour Nancy et son agglomération avec les sapeurs-pompiers ;
- le médecin-colonel Charles PRIM, le 2 septembre ; ancien médecin-chef des sapeurs-pompiers du Var, collaborateur et ami du professeur ARNAUD ;
- le professeur Maurice CARA, le 29 septembre, pionnier de la médicalisation des secours, fondateur du SAMU de Paris, en 1972.

Un exemplaire fut remis à Marseille, le 17 août 1997, à Isabelle BLAHA, fille de notre membre d’honneur Pierre BLAHA.

Il est facile de se reporter aux publications du CAPSU afin de connaître l’action de ces personnalités et leur implication directe ou indirecte dans l’œuvre de Marcel ARNAUD, pour la mise au point de la traumatologie routière, le concept de médicalisation des secours aux « blessés » de la route, l’enseignement du secourisme routier (mis au point par le professeur ARNAUD) ou du secourisme de base à la population (le public) c’est-à-dire les premiers gestes qui sauvent.

Ce tome I, de 126 pages, fut tiré ensuite en 50 exemplaires supplémentaires, grâce au concours de l’ACMF et de son président, le docteur André SOUBIRAN.

C’est ainsi que de nombreux acteurs des secours et/ou soins d’urgence, ou organismes, concernés, furent destinataires du document :

- l’école nationale dite (INESC) de la sécurité civile à Nainville-les-Roches où enseigna très longtemps le professeur ARNAUD ;
- le centre d’instruction de Valabre (13) lieu d’enseignement du professeur ;
- le docteur François NEUVEUX, de Sisteron ;
- des médecins qui avaient été ses collaborateurs directs (professeur RAMPAL et docteur PIRACCI, présents à Marseille le 17 août 1997) ;
- le sous-préfet Francis ARRIGHI, proche collaborateur et ami du professeur ;
- plusieurs médecins directeurs de SAMU : docteur MENTHONNEIX de Grenoble, docteur TONNELIER d’Épinal, le SAMU 13, le SAMU 59 ;
- le directeur de l’hôpital de Salon-de-Provence (lieu de création du premier SMUR en 1957 par le professeur Paul BOURRET) ;
- des mairies concernées, donc aux maires de : Salon-de-Provence, Lys-lez-Lannoy, Hem, Leers, Roubaix et Wasquehal ;
- le professeur Robert VIGOUROUX, ancien maire de Marseille et présent le 18 août 1987, collaborateur du professeur ARNAUD en neurochirurgie ;
- le président de la FNPC, le professeur Louis LARENG (par l’intermédiaire de la députée Hélène MIGNON) et madame Ida GUINOT (présente à Lys-lez-Lannoy le 28 avril 1985 pour l’inauguration de la première rue) ;
- le président de l’ANIMS, le médecin général René NOTO, par l’intermédiaire du délégué du Nord, Jean MORTIER ;
- le président de la Prévention routière ;
- le docteur Daniel MULLER, qui fut très longtemps le médecin référent de l’ASAR (et au tout début des ESPC de Wasquehal et Flers dès 1969) ;
- le député du Nord Patrick DELNATTE (auteur de la première proposition de loi, en 1997, pour la formation des candidats aux permis de conduire aux « 5 gestes qui sauvent ») ;
- M. Raymond FUSILIER, président de la société France Sélection, société éditrice notamment de plusieurs ouvrages signés du professeur ARNAUD ;
- M. Serge ADAM, ancien directeur général du SRF (présent à Marseille en 1987) ;
- M. Roger HANTZ, ancien dirigeant de la FFSS ;
- Organisation internationale de Protection civile (OIPC) à Genève ;
- le président de la fédération nationale des sapeurs-pompiers ;
- le commandant des sapeurs-pompiers de Roubaix ;
- de nombreux moniteurs et secouristes de l’ASAR [1] particulièrement impliqués ;
- M. Guy BONNETERRE, ancien président de la FNPC ;
- M. François MORENO, collaborateur de Léon ROBINE, ADPC 22 ;
- le médecin en chef de la BSPP et le médecin-chef adjoint, par l’intermédiaire du capitaine Philippe DODIN ;
- le cabinet du ministre de l’Intérieur et la Direction de la sécurité civile, par l’intermédiaire du député du Pas de Calais, Jean-Claude BOIS ;
- un des fils – François – du professeur Paul BOURRET ;
- l’épouse du médecin-colonel Pierre DUFRAISSE, à Avignon.

Ces exemplaires furent remis ou envoyés au cours de l’année 1997 et 1998.

Un exemplaire a été déposé à la bibliothèque municipale de Lys-lez-Lannoy (Nord) [2], ville siège du CAPSU jusqu’en novembre 2009, à qui ont été remis régulièrement tous les documents sur l’action du CAPSU.

COURRIERS ET COMMENTAIRES

Quelques courriers joints à l’envoi de ce premier tome et quelques réponses. Les autres correspondances ont été insérées dans les publications du CAPSU relatives au professeur Marcel ARNAUD.

Le médecin-colonel Paul POULAIN fut un acteur engagé pour la diffusion du secourisme. La lettre du 26 décembre 1997 rappelle la « soirée » de janvier 1970 à Wasquehal où il prit la parole pour exposer « la » principale, cause de la mort des accidentés de la route, la détresse (cardio) respiratoire.

M. François MORENO enseignant du secourisme aux côtés de M. Léon ROBINE, fondateur de la première ADPC (Association départementale de Protection civile), celle des Côtes-du-Nord – devenues d’Armor – puis de la FNPC (Fédération nationale de Protection civile). Cité dans le tome IV publié en 2006.

Le capitaine Philippe DODIN de la BSPP (Brigade de sapeurs-pompiers de Paris), notre camarade secouriste du tremblement de terre de Mexico en 1985 lors de notre engagement avec l’UISC n° 1 de Nogent-le-Rotrou.

M. Guy BONNETERRE fut un temps président de la FNPC et son engagement fut long au sein de cette structure. Sa réponse sympathique en date du 12 janvier 1998 témoigne du respect que nous pouvons nous témoigner les uns et les autres même si nous agissons dans des structures « concurrentes » et avons des idées différentes. Mais les « 6 gestes » de la FNPC étaient bien nos « 5 gestes qui sauvent » !

Le docteur Daniel MULLER fut, dès la création des ESPC de Wasquehal et Flers en 1969, notre médecin référent, disponible, dévoué. Il ne manquait jamais de nous faire de la « publicité », pour nos sessions de formation (gratuites) de secouristes ainsi que pour les « 5 gestes ».

Le docteur Patrick GOLSTEIN, le directeur de « notre » SAMU (59) se devait d’être destinataire de ce document, puisque c’est le professeur Marcel ARNAUD qui est à l’origine de la médicalisation des secours, d’abord sur les routes avec Paul BOURRET, puis étendue aux autres détresses avec Louis SERRE puis bien d’autres par la suite. Sa réponse est brève, mais il y a réponse. Évidemment il fut destinataire du tome II.

Le lieutenant-colonel MARTIN étant le directeur de l’école interdépartementale de Valabre, lieu d’enseignement, quasi permanent, du professeur ARNAUD, il était normal que ce premier tome lui soit adressé. Mais de « documents », points de cette école (ni de Nainville). Outre les miens propres, historiques, quelques documents remis par le docteur SOUBIRAN, ce sont les archives remises (en 1998) par François NEUVEUX qui m’apporteront véritablement tous les éléments manquants.

Le docteur MENTHONNEX est lui aussi très connu parmi les directeurs de SAMU et c’est Louis SERRE qui m’avait suggéré de lui faire parvenir le tome I.

La lettre au président de la Prévention routière était tout à fait normale, du fait de l’implication de cet organisme dans la prévention des accidents de la route.

La réponse du délégué général, le 25 août 1998, permettait de rappeler l’action d’un autre grand nom de la médecine, le professeur André SICARD. Certes, s’agissant la brochure « 5 gestes qui sauvent », il est toujours possible de la moderniser dans sa présentation « grand public », mais pour accomplir les « 5 gestes » il n’est pas du tout indispensable de disposer d’une trousse de secours, c’est ce que l’on appelle le « secourisme à mains nues ». Mais il n’y eut aucune suite à cette lettre.

Évidemment, outre le SAMU 59, dans notre département (où nous étions allés en stage à de nombreuses reprises pour notre formation opérationnelle), il était normal que nous adressions ce tome I au SAMU 13, dans le « département » où tout a commencé, avec Marcel ARNAUD et Paul BOURRET.

Ainsi qu’au « SIRACEDPC » l’appellation très compliquée des services de la Protection civile, de la préfecture des Bouches du Rhône.

Ainsi, les rues de Lys-lez-Lannoy, Hem, Leers et Roubaix qui portent le nom du professeur Marcel ARNAUD, mentionnent bien qu’il fut le « précurseur des SAMU » (Lettres aux maires de Lys, Hem et Leers).

C’est à la bibliothèque municipale de la ville de Lys-lez-Lannoy que sont disponibles, en cette année 2007, outre les quatre tomes écrits à ce jour, également tous les documents sortis par le CAPSU, sur la prévention des accidents, l’organisation des secours d’urgence, le secourisme de catastrophe et, bien évidemment, les « mémoires » sur le concept des « 5 gestes qui sauvent » dont le 10e (volume 1) a été publié et diffusé en juillet 2007.

Sur le Web : http://capsu.secourisme.net

Notes

[1ASAR : Association des Secouristes de l’Agglomération de Roubaix créé à Lys-lez-Lannoy le 18 février 1979.

[2Fiche signalétique de la bibliothèque municipale des Lys-lez-Lannoy : http://mediatheque.mairie-lyslezlan...

Partager cet article
Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.