Questions posées du 30 avril au 6 mai 2012 sur notre page spéciale révisions PSE Facebook.

Questions

A. La crise convulsive du nourrisson est souvent d’origine fébrile et le nourrisson doit être refroidi en cas de fièvre. Comment procéder (donner la bonne combinaison) ?

  1. En l’enveloppant dans une couverture de survie avec le côté doré à l’extérieur
  2. En aérant la pièce si on est à l’intérieur
  3. En recouvrant l’enfant d’un linge humide
  4. En enlevant ses vêtements
  5. En essayant de lui faire boire de l’eau fraîche

B. Comment peut-on reconnaître un malaise du diabétique ?

  1. Il existe des signes qui permettent de le reconnaître à coup sûr tels que : fatigue, sensation de faim, palpitations, tremblements, sueurs, pâleurs...
  2. Il est difficile de le distinguer d’un autre malaise, c’est pourquoi le secouriste doit réaliser une glycémie
  3. Il est difficile de le distinguer d’un autre malaise, mais en interrogeant la victime ou son entourage, si on apprend qu’elle est diabétique, on doit craindre une hypoglycémie

C. Une victime présente une crise d’asthme, que faites-vous avant de demander un avis médical ?

  1. Vous l’aidez à prendre son médicament aérosol et lui administrez de l’oxygène en inhalation
  2. Vous lui donnez uniquement de l’oxygène en inhalation
  3. Vous lui l’aidez uniquement à prendre son médicament aérosol

D. Une victime doit prendre un médicament à l’aide d’un pulvérisateur. Que faut-il lui conseiller ?

  1. Expirer à fond, inspirer lentement le médicament en comprimant le pulvérisateur, expirer à fond
  2. Inspirer rapidement le médicament, puis expirer à fond
  3. Expirer à fond, inspirer lentement et profondément le médicament, maintenir l’inspiration puis respirer normalement
  4. Expirer lentement, inspirer lentement dans l’embout de l’inhalateur, puis respirer normalement

E. Une femme enceinte se plaint de douleurs au ventre de plus en plus intenses et de plus en plus rapprochées et prolongées. Elle perçoit un écoulement d’eau plus ou moins abondant entre les cuisses. Quelles sont les éléments de bilan à recueillir ? (question ouverte)

F. Lors d’un accouchement, la tête du nouveau né est sortie avec le cordon ombilical est enroulé autour de son cou. Que faites-vous ?

  1. Vous le laissez ainsi car ce n’est pas gênant
  2. Vous tirez doucement dessus pour qu’il ne gêne pas la sortie
  3. Vous le faites glisser délicatement au-dessus de sa tête pour le libérer

Réponses

A. La conduite à tenir en cas de crise convulsive du nourrisson est identique à celle de l’adulte, mais il faut en plus contrôler la température de l’enfant et, en cas de fièvre, le refroidir. C’est à dire :
- Découvrir l’enfant ;
- Aérer la pièce ;
- Recouvrir l’enfant d’un linge humide ;
- Demander un avis médical et réaliser les consignes données.

Par contre il n’est pas recommandé de donner de l’eau en première intention en raison des troubles neurologiques qui peuvent persister après la crise convulsive, d’où la nécessité de demander un avis médical.

La bonne réponse est donc la combinaison 2-3-4.

B. Un diabétique qui présente un malaise, s’il est conscient, peut se plaindre :
- D’avoir faim ;
- D’être très fatigué ;
- De sentir son cœur battre rapidement ;
- De tremblements.

Lors de l’examen, l’équipier secouriste constate :
- Parfois un trouble du comportement (agitation, agressivité, signes d’ébriété sans consommation d’alcool...) ;
- Des sueurs abondantes ;
- Une pâleur.
Quand l’équipier secouriste interroge la victime ou son entourage, il apprend qu’elle est diabétique.

Ainsi il n’est pas facile de distinguer l’hypoglycémie d’un autre malaise, mais il faut y penser si la victime est connue pour être diabétique et l’aider à remonter son taux de sucre avant de demander un avis médical si son état ne s’améliore pas ou en cas de doute.

La bonne réponse est donc la n°3.

C. Conduite à tenir pour la victime d’une crise d’asthme consciente :
- Installer la victime dans la position où elle se sent le mieux pour respirer, il s’agit souvent de la position assise ou demi assise ;
- La rassurer, lui demander de rester calme ;
- Aider la victime à utiliser son aérosol doseur. L’utilisation d’un aérosol doseur peut permettre de faire céder la crise rapidement ;
- Mettre la victime sous inhalation d’oxygène ;
- Demander dans tous les cas un avis médical.

La bonne réponse est donc la n°1 !

D. Pour aider une victime à s’administrer un médicament à l’aide d’un pulvérisateur, s’il ne sait pas lui-même l’utiliser, procéder de la manière suivante :
- Secouer vigoureusement le pulvérisateur plusieurs fois ;
- Enlever l’administration d’oxygène, si nécessaire ;
- Demander à la victime de vider, autant que possible, l’air contenu dans ses poumons, puis de mettre ses lèvres tout autour de l’embout buccal du pulvérisateur ;
- Si le pulvérisateur doit être utilisé avec une chambre de mélange (ou d’inhalation), la mettre en place pour augmenter l’efficacité du médicament ;
- Demander à la victime de comprimer le pulvérisateur tout en inspirant lentement et profondément (figure) ;
- Demander à la victime de maintenir son inspiration le plus longtemps possible pour augmenter l’absorption du médicament avant de respirer de nouveau normalement ;
- Replacer le masque à inhalation d’oxygène, si nécessaire.

Ce texte est extrait de la fiche technique n°5.1 du PSE 2, « aider à la prise d’un médicament ». La bonne réponse est la n°3.

JPEG - 7.6 ko

E. Au début du travail, le référentiel PSE 2 préconise la conduite à tenir suivante :
- Réconforter la mère ;
- Installer la future maman dans la position la plus confortable pour elle ;
- Réaliser un bilan au cours duquel vous demanderez à la mère ou son entourage :

  • S’il s’agit du premier accouchement ;
  • La date et le lieu prévus de l’accouchement ;
  • Si la mère a perdu les eaux, depuis quand et leur couleur ;
  • Si la grossesse a été normale et est suivie par un médecin (un carnet de grossesse peut avoir été rédigé) ;
  • Les antécédents.

- Noter la fréquence et la durée des contractions ;
- Administrer de l’oxygène à la mère (important pour le fœtus) ;
- Demander un avis médical et respecter les consignes du médecin.

F. Lors d’un accouchement il ne faut jamais tirer sur le cordon ombilical, et s’il entoure le cou du nouveau né, il faut le faire glisser, si possible, délicatement par-dessus sa tête. La bonne réponse est donc la n°3.

Sur le Web : Notre page spéciale révisions PSE sur Facebook

Partager cet article
Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.