Questions posées du 16 au 22 avril 2012 sur notre page spéciale révisions PSE Facebook.

Questions

A. Quels sont les différents bilans à réaliser ?

  1. Primaire, vital, approfondi, de surveillance
  2. Circonstanciel, vital, complémentaire, de surveillance
  3. Circonstanciel, d’urgence vitale, complémentaire, de surveillance
  4. D’approche, vital, approfondi, de surveillance
  5. Aucune des réponses précédentes

B. Dans le bilan complémentaire, que signifie PQRST ?

C. La recherche des antécédents ou MHTA fait partie :

  1. Du bilan d’urgence vitale
  2. Du bilan complémentaire d’un malaise
  3. Du bilan complémentaire d’un traumatisme
  4. De tout bilan complémentaire
  5. Des questions à poser au cours de la surveillance.

D. Concernant l’examen des signes de traumatisme, quelle est l’affirmation inexacte ?

  1. en cas de traumatisme violent, il faut avoir posé un collier cervical avant de commencer le bilan des lésions
  2. lors de la pose du collier cervical, on en profite pour examiner le cou en passant une main sous la nuque
  3. on profite d’une manœuvre de relevage pour palper le dos
  4. les chaussures et chaussettes sont retirées dans la mesure du possible s’il est nécessaire d’examiner les pieds
  5. un bilan complet des lésions nécessite de regarder et si nécessaire palper la victime de la tête aux pieds
  6. en cas de traumatisme mineur, on n’examine que les zones dont se plaint la victime sans réaliser un bilan complet de la tête aux pieds.

E. Un équipier secouriste transmet le bilan suivant. Qu’est-ce qui manque dans ce message ?

Bonjour, ici l’équipe xx, nous sommes deux secouristes en point d’alerte et de premiers secours, nous intervenons au 18 rue Marcel Arnaud à Meudon pour une femme de 45 ans qui a chuté en descendant d’une estrade, elle se plaint de la cheville droite, elle ne présente aucun signe de détresse vitale ni de malaise, elle a un hématome important sur la face externe de la cheville droite, une douleur aiguë et ne peut plus marcher seule. Elle a des antécédents d’entorse récidivante à cette cheville.

F. Lors de la mesure de la pression artérielle par auscultation, en mm de mercure, on peut trouver :

  1. Une pression systolique et diastolique respectivement à 11/7
  2. Une pression diastolique et systolique respectivement à 11/7
  3. Une pression systolique et diastolique respectivement à 110/70
  4. Une pression diastolique et systolique respectivement à 110/70
PNG - 43 ko

Réponses

A. La bonne réponse est la n°3. Le bilan d’urgence vitale consiste à rechercher tous les signes d’une détresse vitale, même si la victime est consciente. Alors que le bilan vital « tout court » (qui n’existe plus en PSE) consiste juste à savoir si la victime est consciente, respire et a un pouls perçu, ce qui ne permet pas de détecter une urgence vitale non évidente.

B. Pour chaque plainte exprimée lors d’un malaise et, particulièrement, pour la douleur, l’équipier secouriste doit demander à la victime de préciser :
- Les circonstances de survenue et le facteur déclenchant (Provoqué par) ;
- Ses caractéristiques : brûlure, serrement, fourmillements... (Qualités) ;
- Sa localisation (Région atteinte du corps) ;
- Son intensité et son évolution (Sévérité...) ;
- La durée : depuis combien de temps ? (Temps de la plainte).

C. La recherche des antécédents (maladies connues, hospitalisation, traitement médical, allergie connue) fait partie tant du bilan complémentaire du malaise que des traumatismes. Pour les malaises on rajoute dans le M les malaises identiques. La bonne réponse est donc la n°4.

D. L’affirmation inexacte est la n°3. En effet le référentiel indique :

Examiner le dos de la victime : glisser les mains sous la victime sans la mobiliser et sans la déplacer, à la recherche d’un saignement. Ne pas chercher à palper la colonne vertébrale. L’équipier secouriste peut profiter de manœuvre de relevage ou de déplacement de la victime pour examiner le dos.

Il ne faut donc pas palper, mais seulement regarder. Toutes les autres affirmations sont exactes.

E. Le bilan ne comporte pas les gestes effectués ni la demande (l’équipe veut-elle un moyen de transport sanitaire ? Du renfort pour réaliser l’immobilisation ? Un avis médical...?)

F. Le référentiel (PSE2) indique pour la mesure de la pression artérielle par auscultation :

dégonfler doucement le brassard (...) Noter la pression sur le cadran dès que vous réentendez le bruit du pouls. Ce chiffre correspond à la pression systolique. Continuer à dégonfler le brassard et noter à nouveau la pression sur le cadran quand le bruit du pouls disparaît. Ce chiffre correspond à la pression diastolique. La pression artérielle est indiquée en donnant la pression systolique puis la pression diastolique, par exemple 120 / 80.


La bonne réponse à la question est donc la n°3.

Sur le Web : Notre page spéciale révisions PSE sur Facebook

Partager cet article
Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.