En 2007, l’Attestation de formation complémentaire aux premiers secours avec matériel (AFCPSAM) a été remplacée par l’unité de valeur « Premiers secours en équipe de niveau 1 » (PSE1). Le présent document expose succinctement les principales différences. Certains points sont mis en avant dans l’optique de l’enseignement, il ne s’agit pas à proprement parler de points nouveaux ou différents, mais plutôt de points explicités dans le référentiel national (RN), donc à souligner lors d’une formation. Les modifications sont juste mentionnées, pas détaillées.


Pour le référentiel national, voir http://www.interieur.gouv.fr/, rubrique « Défense et sécurité civiles », « Formation », « Dispositif national de formation des citoyens acteurs de sécurité civile », « Opérations de sécurité civile », ou bien sur secourisme.net.

Alors que l’AFPS était le prérequis pour l’AFCPSAM, il n’y a pas de prérequis pour le PSE1. En conséquence, alors que les fiches CFAPSE?? renvoyaient à des fiches de l’AFPS, le PSE1 reprend intégralement des parties du PSC1??, parfois en les modifiant.

Avertissement

Notez que le référentiel national peut être modifié à tout moment. Le formateur est invité, avant chaque formation, à vérifier que la version qu’il détient est bien la dernière à jour sur le site du ministère de l’Intérieur.

Partie 1 : Le secouriste

Ce thème était traité dans le module E1 « L’équipe de secouristes ».
- On envisage l’intervention comme premier témoin ;
- il ne fait pas partie de facto d’une équipe de secours mais peut être assistant d’un équipier secouriste (titulaire du PSE2) ; et il peut être sollicité lors de l’intervention d’une équipe ;
- apparaissent des notions de gestion de ses propres réactions émotionnelles, de l’hygiène (y compris hygiène de vie : pratique d’un sport …), de prise en compte de la dimension psychique des personnes, de respect de l’environnement, de système D.

Partie 2 : La chaîne des secours

Ce thème était traité dans le module E1 « L’équipe de secouristes ».
- Mention des équipes spécialisées pour la gestion de certains risques (gaz, électricité, plongeurs) ;
- mention du citoyen comme élément au coeur de sa sécurité et de celle des autres, des nouveaux moyens (réserves communales de sécurité civile), des médecins libéraux, des ambulanciers privés, des associations ;
- les missions des différents acteurs sont détaillées (police, gendarmerie, sapeurs-pompiers, militaires de la sécurité civile, Samu, Smur, services des urgences hospitaliers).

Partie 3 : La sécurité

Ce thème était traité dans les modules E2 « Bilan » et E3 « Dégagements d’urgence ».
- Notions d’hygiène, lavage des mains, retrait des gants ;
- consignes en cas d’incendie, de fuite toxique, reconnaître une intoxication au CO, cas des objets tranchants ou perforants ;
- nouvelles techniques de dégagement (traction par les poignets et les vêtements, dégagement d’un enfant) ;
- traction sous les aisselles (anciennement saisie par les poignets) : l’assise est plus rapide, on ne décrit pas la repose ;
- dégagement d’un véhicule : possibilité de saisir la ceinture ou le poignet côté sortie, mais pas l’aisselle côté intérieur ;
- absence de la cuiller.

Questions : page 60, technique 3.2, on indique qu’il faut utiliser une SHA
avant d’utiliser des dispositifs médicaux stériles ou non. Rien n’est indiqué en ce sens pour le lavage des mains (p. 58, technique 3.1).
- 1. Qu’est ce qu’un dispositif médical ?
- 2. Est-ce un oubli dans la technique 3.1, ou bien doit-on utiliser le SHA après s’être lavé les mains à l’eau et au savon ?
Par ailleurs : pourquoi faut-il enlever montres et bagues avec la SHA et pas avec le lavage ?

Partie 4 : L’alerte

Ce thème était traité dans le module E2 « Bilan ».
- Explication du rôle des CTA, CRRA, CIC/CORGN (Police et Gendarmerie nationales) et CROSS (secours en mer) ;
- on ne décrit pas les procédures radio.

Partie 5 : L’obstruction brutale des voies aériennes

Ce thème était traité dans le module E7 « Liberté des voies aériennes », qui renvoyait, simplement vers la fiche B6 de l’AFPS pour la méthode d’Heimlich, et dans le module E9 « Oxygénothérapie, massage cardiaque externe ».

Outre les modifications indiquées dans le document Principaux changements entre l’AFPS et le PSC1, on note :
- une partie anatomie : constitution de l’appareil respiratoire et son fonctionnement, fréquences respiratoires et cardiaques différentes d’auparavant, distinction entre nouveau-né et nourrisson ;
- par rapport au PSC1 : cas de la victime obèse ou de la femme enceinte ;
- l’O2, pour l’utilisation hors avis médical, on n’évoque plus les hémorragies ni les malaises avec douleur thoracique ;
- bouteilles aux nouvelles normes ;
- pour le calcul de l’autonomie, on n’enlève plus les 10 % ;
- on parle du masque à haute concentration ;
- pour les débits d’inhalation, on revient aux anciennes valeurs (3, 6 et 9 L/min) ;
- on évoque la notion de saturation.

Partie 6 : Les hémorragies externes

Ce thème était traité dans le module E6 « Hémorragies, plaies, brûlures ».
- Notions d’anatomie : constitution du système circulatoire et son fonctionnement ;
- comme pour l’AFPS, les saignements d’oreille sont renvoyés aux traumatismes crâniens ;
- prévention des accidents d’exposition au sang ;
- possibilité de poser deux pansements compressifs l’un par-dessus l’autre ;
- on ne surélève plus les membres inférieurs ;
- appui manuel en présence d’un corps étranger ;
- cas de la section de membre, de la perte de dent ;
- hémorragie vaginale de la femme enceinte ;
- coopération pour le maintien de la compression.

Partie 7 : L’inconscience

Ce thème était traité dans le module E7 « Liberté des voies aériennes ».
- Une partie anatomie : constitution du système nerveux et son fonctionnement ;
- techniques de retournement d’une victime sur le ventre ;
- PLS : surveillance de la persistance de la respiration toutes les minutes, cas de l’obèse ;
- élévation du menton sans bascule de tête,
- inspection buccale et retrait d’un éventuel corps étranger ;
- victime somnolente après un traumatisme ou une intoxication : la PLS est systématique (et non plus limitée au cas où la surveillance est impossible) ;
- méthodes de retournement d’une victime plat-ventre ; le retournement est systématique pour une victime inconsciente ;
- retrait du casque à un secouriste (méthode AFCPSSR) ;
- victime plat-ventre : retournement avant retrait de casque ;
- LVA d’une personne assise dans un véhicule ;
- clarification sur le retrait du casque : sur une victime inconsciente dont on ne peut assurer la LVA, ou en cas de RCP ;
- à deux :
— l’aspiration des mucosité se fait après la mise en PLS, la sonde et le tuyau sont systématiquement jetable, port de gants et de protections faciales, durée limitées à 10 secondes sur l’adulte, 5 s sur l’enfant et le nourrisson,
— aspiration possible pendant les compressions thoraciques de la RCP,
toutes les deux minutes,
— inhalations avec un masque HC,
— maintien de tête dès le début du bilan,
— la pose du collier précède la PLS, il n’y a plus de retournement en PLS d’urgence,
— PLS à 2 secouristes : adaptée de la nouvelle méthode à 1, le secouriste à la tête n’est plus en trépied, placement du coussin avant (contre la tête et non sur le sol) ou après retournement, la prise de tête est systématiquement latéro-latérale, il n’y a plus de PLS à 3,
— clarification sur le retrait du casque : systématique pour une victime
inconsciente en cas de suspicion de trauma du rachis,
— maintien de tête : possibilité de prendre appui sur le sol,
— pose du collier cervical : la victime doit être plat dos, notions d’hygiène, interdiction de retrait sans avis médical.

Remarque : il manque une ligne : p. CI-7-30, section 3.1, point 7.

Partie 8 : L’arrêt cardiaque

Ce thème était traité dans le module E9 « Oxygénothérapie, massage cardiaque externe », modifié par le GNRFUDSA.
- demande d’un DAE d’accès public ;
- pas d’insufflation initiale, prise de pouls dès constatation de l’absence de
respiration ;
- rythme : alternance 30 : 2, fréquence des compression de 100 par minute ;
- contrôle du pouls, et en sa présence de la respiration, en cas de réaction
ou tous les 5 cycles ;
- écran facial ou masque de poche, mais plus d’embout buccal Sabathié ;
- pouls sans ventilation, ou ventilation à moins de 6 mouvements par minute : réaliser 10 insufflations puis recontrôler ;
- sur l’enfant et le nourrisson, 5 insufflations après la prise de pouls et avant les compressions thoraciques ;
- sauveteur seul isolé : pour l’enfant et le nourrisson, effectuer 5 cycles avant d’aller prévenir les secours, ou 10 insufflations si la personne réagit ;
- utilisation de la canule oro-pharyngée ;
- compressions seules si l’insufflation n’est pas possible (répulsion, vomissements) ;
- notion d’espace, dégagement d’urgence si le lieu est exigu (moins d’1 m
autour de la victime) et que l’on ne peut déplacer les objets ; possibilité d’être à cheval ;
- notion de mort évidente (tête détachée, rigidité, putréfaction) ;
- repères anatomiques différents :
— adulte : milieu de la poitrine ou juste sous la ligne des mamelons,
— nourrisson : possibilité d’utiliser les deux pouces ;
- profondeur : 4 à 5 cm pour un adulte, 1/3 de la poitrine pour un enfant ou un nourrisson ;
- la main se décolle légèrement en fin de compression ;
- l’insufflation dure 1 s ;
- bouche-à-cou ;
- à deux :
— inverser les rôles tous les 5 cycles (lors de la recherche des signes de circulation) pour limiter la fatigue,
— chez l’enfant et le nourrisson, l’alternance est de 15 : 2,
— pour le bavu, on ne cale plus la tête avec le genou.

Partie 9 : La défibrillation automatisée externe

Ce thème était traité dans le GNRFUDSA qui a modifié le module E9 « Oxygénothérapie,
massage cardiaque externe ».
- Signes précurseurs ;
- le DAE est emporté pour toute intervention ;
- modification de l’ordre des opérations à deux : le secouriste qui reste auprès de la victime met en oeuvre le DAE, le secouriste parti prévenir les secours fait la RCP lorsqu’il revient ; mais si la victime est en AC depuis plus de 5 minutes (ou qu’elle est découverte déjà en AC) et que personne n’a débuté de RCP, on effectue 5 cycles sur l’adulte, 10 sur l’enfant (2 min) avant de mettre en œuvre le DAE ;
- on recommence la RCP dès la délivrance du choc, il n’y a pas d’analyse consécutive ;
- mise en place de l’insufflateur manuel et de l’oxygène pendant l’analyse (sans toucher la victime) ;
- secouriste seul : demander un DAE en accès public ;
- notion de « chambre de perfusion implantable » ;
- AC durant le transport : on ne coupe pas le moteur systématiquement, voir les spécifications du fabricant ;
- débits d’O2 : 3/8–9/15 L/min.

Partie 10 : Les détresses vitales

Ce thème était traité dans les modules E2 « Bilan » et E3 « Dégagement d’urgence » (qui traite des positions d’attente).
- Notions d’anatomie (interaction des fonctions vitales ;
- une pause respiratoire fait 6 seconde (au lieu de 10) ;
- on contrôle d’abord le pouls radial, et éventuellement le carotidien si le radial n’est pas perçu (avant : carotidien d’abord puis radial systématiquement) ;
- observation des pupilles ;
- température et humidité de la peau ;
- respiration rapide : > 30 /min (20 auparavant) ;
- on ne relève plus les membres inférieurs.

Partie 11 : Les malaises et la maladie

Ce thème était traité dans le module E2 « Bilan ».
- Notions d’anatomie : localiser les douleurs ;
- malaise : recherche de signes et de plaintes plus détaillée.

Contrairement au PSC1, lors de la recherche des antécédents, on ne cherche pas d’hospitalisation récente mais une hospitalisation à l’occasion d’une maladie ou d’un malaise.

Partie 12 : Les accidents de la peau

Ce thème était traité dans les modules E6 « Hémorragies, plaies, brûlures » et E3 « Dégagement d’urgence » (qui traite des positions d’attente).
- Notions d’anatomie : rôle de la peau ;
- plaies :
— on parle de plaie déchiquetée et non plus contuse,
— notion de plaies multiples,
— immobilisation d’une plaie grave,
— on ne parle pas du côté de la PLS en cas de plaie à l’abdomen,
— nettoyage des plaies : les compresses sont des dasri,
— on ne parle plus d’antiseptique mouillant, on ne cite pas de marque,
— morsure d’animal : notion de rage, signalement à la police ;
- brûlures :
— on évalue le pourcentage de surface brûlée,
— brûlures par inhalation : recherche de traces noires autour des narines, de crachats noirs (en particulier victimes d’incendies), rougeur des muqueuses, voix rauque,
— relation entre douleur et état des structures nerveuses,
— enlever ceinture, bagues, montre, … sur la brûlure pour éviter la compression en cas de gonflement,
— on arrose la brûlure et non plus au dessus (notion déjà présente dans l’AFPS 2001), on parle simplement d’eau froide, sans notion de température ni de hauteur de jet,
— la durée est limitée à 10 min pour les brûlures graves, à souhait pour les brûlures simples,
— lavage de 5 min minimum pour une brûlure chimique, on ne détaille plus la procédure de protection,
— distinction entre le flash électrique et la brûlure électrique, traitement comme brûlure grave si pas d’atteinte vitale,
— brûlure par ingestion : recherche de rougeurs ou de traces blanches autour de la bouche ;
- pansements :
— technique de pose de compresse,
— pansement circulaire avec une bande de gaze ou un triangle plié uniquement.

Remarque : à la page CI-12-7, on ne fait pas référence à la fièvre comme élément de surveillance contrairement au PSC1 (p. I-8-4), probablement en raison d’un oubli.

Partie 13 : Les traumatismes des os et des articulations

Ce thème était traité dans le module E10 « Immobilisations ».
- Notions d’anatomie : description du système locomoteur ;
- uniquement immobilisations par écharpe droite, écharpe droite et contre-écharpe, et écharpe oblique ;
- description de l’application du froid.

Partie 14 : La noyade

Nouveau thème.

Partie 15 : La surveillance et l’assistance au déplacement

Ce thème était traité dans les modules E2 « Bilan » et E5 « Brancardage » (ce dernier ne faisant pas partie de l’AFCPSAM).
- Nouvelle technique : saisie par les extrémités ;
- la technique de portage en « chaise à mains » est différente ;
- on ne parle plus du portage sur le dos avec sangle.

Partager cet article
Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Principaux changements entre l’AFCPSAM et le PSE1

1er octobre 2009

Bonjour,

La Protection Civile du Nord organise les 17 - 18 - 24 et 25 octobre 2009 une formation initiale PSE1.

Cette formation à lieu sur le secteur de Valenciennes.

Renseignement et inscription au : 06.22.43.69.80 ou par mail operationnel chez douchy.adpc59.org

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Principaux changements entre l’AFCPSAM et le PSE1

16 octobre 2007

Bonjour tous ses dossiers sont super MERCI
Je voudrais juste savoir si a jour par exemple pour le PSE1 avec la 2 eme edition ??

Merci

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Principaux changements entre l’AFCPSAM et le PSE1

13 octobre 2007 par Eva

bonjour je suis titulaire de l’afcpsam mais pas encore de la formation DSA. Dois- je repasser intégralement le PSE1 ou puis-je suivre juste une formation initiale au DSA et un recyclage ?
merci bonne journée

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

cceptent

14 octobre 2007 par Christophe DNC

Bonjour,

la formation au DSA est intégrée à l’AFCPSAM depuis 2001 (cf. Arrêté du 10 septembre 2001). On peut en conclure que vous l’avez passé il y a au moins 6 ans.

La circulaire du 24 octobre 2001 indique :

Pour [Les secouristes sont déjà titulaires de l’attestation de formation complémentaire aux premiers secours avec matériel sans habilitation DSA (ancienne formule)], l’adjonction de la formation à l’utilisation d’un DSA dans la formation complémentaire aux premiers secours avec matériel rend la formation continue obligatoire pour les titulaires de l’AFCPSAM. La formation à l’utilisation d’un DSA est réalisée, dans un délai de cinq ans à compter du 1 er janvier 2002, dans le cadre des séances annuelles de formation continue, telles que prévues par l’arrêté du 24 mai 2000 portant organisation de la formation continue dans le domaine des premiers secours.


Si vous aviez dû utiliser votre AFCPSAM (par exemple dans le cadre d’un point d’alerte et de premiers secours ou du BNSSA), vous auriez déjà dû être formé.

Telle quelle, votre AFCPSAM n’est donc plus valable depuis le début de l’année.

Il faudrait voir avec votre organisme d’emploi s’ils acceptent de vous inscrire sur leur liste d’aptitude et vous donner l’équivalence au PSE1 avec juste une formation au DSA, le reste vous étant apporté par la formation continue annuelle qui devient obligatoire avec le PSE1, ou s’il veulent que vous repassiez tout.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

DSA

4 mars 2008 par erfanfc

Je réagit à cette phrase...

"Il faudrait voir avec votre organisme d’emploi s’ils acceptent de vous inscrire sur leur liste d’aptitude et vous donner l’équivalence au PSE1 avec juste une formation au DSA, le reste vous étant apporté par la formation continue annuelle qui devient obligatoire avec le PSE1, ou s’il veulent que vous repassiez tout."

Tout d’abord le texte du PSE1 (arrêté du 24 août 2007) ne fait nullement référence à l’arrêté du 10 septembre 2001 (qui inclus le DSA à l’AFCPSAM) !!! (cf texte) Cela signifie que le titulaire de l’AFCPSAM d’avant ou après septembre 2001 a l’équivalence globale du PSE1 !!!! Je ne fais que lire les textes !!! A vous de me prouver le contraire !

Par ailleurs, je suis surpris que vous lui proposiez de ne passez que la partie concernant le DAE (Le DAE englobe le DEA et le DSA - décret 4 mai 2007 - art. 1.2)puisque ça n’est plus obligatoire ! (circulaire août 2007)
Et pour terminer, je n’ai jamais vu dans le texte du PSE1 qu’il était possible de ne passer qu’une partie !!! (DAE = partie 9 du référentiel PSE1).
Pouvez vous éclairer mes incertitudes ?

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

DSA

4 mars 2008 par Webmaster

En fait, pour faire valoir un diplôme, il ne suffit pas d’en être titulaire, il faut aussi être inscrit sur une liste d’aptitude. Cela ne peut se faire que si l’autorité d’emploi reconnaît la compétence nécessaire à l’emploi visé, après évaluation en formation continue.

Pour les personnes n’ayant pas validé la formation continue précédente, la reprise ne peut se faire qu’après une mise à niveau obligatoire. Cette mise à niveau ne saurait être la seule formation continue courante et nécessite un complément de formation. Ce complément de formation doit être suffisant pour que l’organisme formateur puisse attester de la compétence opérationnelle du secouriste, après évaluation (article 7 de l’arrêté du 24 mai 2000).

En ce qui concerne le cas d’espèce, la personne non recyclée doit subir cette mise à niveau pour être inscrite sur une liste d’aptitude, l’équivalence AFCPSM -> PSE1 n’ayant pas à vocation à « effacer » sa carence de formation continue. Cette remise à niveau comprendra forcément une partie DSA puisqu’aucun secouriste ne peut être nommé sur liste d’aptitude sans qualification DSA depuis le 01/01/2007.

Par ailleurs, étant donné qu’il semble que l’intéressé a manqué un cycle quinquennal complet, et qu’un cycle quinquennal couvre l’ensemble de la formation initiale, il est logique de proposer comme remise à niveau l’intégration dans une formation initiale (il est difficile d’imaginer que l’organisme va organiser une remise à niveau de cette ampleur pour une seule personne).

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

cceptent

4 mars 2008

moi perso, j’y comprend rien !!
j’ai eu mon BNSSA l’année dernière avec une formation AFCPSAM avec DSA.
on m’a dit que j’devais passer le PSE1 en formation continue tout les ans.

pouvez vous m’éclarez ??
merci

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

AFCPSM -> PSE1

4 mars 2008 par Webmaster

L’AFCPSM n’existe plus, il est remplacé par le PSE1. Votre AFCPSM vous donne l’équivalence PSE1. Par contre le PSE1 (obtenu par équivalence dans votre cas), est soumis à une formation continue annuelle. Vous en profiterez pour apprendre progressivement les nouveaux gestes, puis les réviserez une fois acquis.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.